Guerlain et la quête des sens

Quand l’une des plus anciennes maisons de parfum françaises ouvre un restaurant dans sa boutique historique des Champs-Elysées, cela mérite bien une demi-page dans la rubrique tendances du Journal du dimanche.

J’ai anglé le sujet sur le travail du chef Guy Martin qui n’a pas fait que décliner les flacons dans l’assiette (un menu à la vanille et à la fève tonka, trop facile). Il a apporté sa propre vision de la haute gastronomie, comme Thierry Wasser, le nez Guerlain, continue bon an mal an (c’est-à-dire, malgré les contraintes du marketing et des reformulations) d’honorer la haute parfumerie.

L’article est paru une semaine plus tôt que prévu, au grand dam de Guerlain qui n’avait pas prévu ça dans son plan média, mais ils ne m’en ont pas tenu rigueur (…trop longtemps). J’ai encore de nombreux sujets en stock sur cette belle marque qui s’est redressée spectaculairement ces dernières années sous l’impulsion du directeur général Laurent Boillot et par la volonté de Bernard Arnault.

Sur la colonne de droite, une tendance sur les nouveaux rituels de rasage : barbiers, lames en vente sur internet…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Guerlain et la quête des sens »

  1. Ping : Buly, le Midnight in Paris de la parfumerie | Une bonne idée par jour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s