Allons revoir si la rose…

Cet article paru ce jour dans Le Journal du dimanche évoque les différentes facettes de la fleur classique, présentes dans les lancements du début d’année, principalement Very Irrésistible l’eau en rose de Givenchy et Roses de Chloé.

C’est la présentation du parfum Kenzo Flower in the air l’année dernière qui m’avait mis la puce à l’oreille (ou la narine en alerte). Alberto Morillas, le maître parfumeur de Firmenich, avait voulu créer une « rose idéale » à base de plusieurs extractions de la fleur : distillation à la vapeur d’eau, infusion à l’alcool, reconstitution de synthèse… C’était déjà son discours lors du lancement de Mademoiselle Ricci, ce ponte de la parfumerie au discours sincère est un grand amoureux de la rose, une fleur galvaudée en apparence mais dont les pouvoirs d’évocation sont infinis, du rouge sang vénéneux de La Fille de Berlin de Serge Lutens au pétale délicat d’une savonnette Marks & Spencer. Personnellement un de mes coups de coeur parfumés de 2013 était le premier parfum Marni, un cocktail rose-patchouli délicatement dosé, ni trop fumé, ni trop lourd, où la fleur développait des tonalités chaudes. Une très belle composition de Daniella Andrier, la créatrice de tous les parfums Prada chez Givaudan (le site auparfum.com, malgré son tropisme pro-niche, en parle bien ici).

J’aurais voulu interroger un(e) expert(e) pour décrypter ce phénomène mais avec un nombre de signes limité j’ai préféré donner la parole aux parfumeurs eux-mêmes, l’admirable Michel Almairac pour Chloé, Françoise Donche, « l’olfactologue » Givenchy, qui a travaillé avec Carlos Benaïm d’IFF sur une « rose givrée », comme prise dans un bloc de glace. Le résultat est plus édulcoré que l’intention annoncée, ce qui est souvent le cas dans les parfums grand public, avec même un départ métallique un peu inconfortable, mais comme souvent aussi il faut laisser les notes se fondre sur la peau pour que s’expriment les muscs réconfortants quelques heures plus tard.

Je suis contente que cet article ait été placé en haut de colonne, bien en vue à côté d’un sujet sur Simon Porte Jacquemus dont on va bientôt entendre parler dans l’univers de la beauté mais chut… c’est encore secret.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s