Parfum, mode, déco, musique : mariages de passion et de raison

20150205_120146

Givenchy et Fauchon, un parfum qui se mange – photo P.C.

On connaissait déjà les accointances entre les parfums et la pâtisserie. Ladurée s’est associé avec Nina Ricci, Fauchon avec Angel et, pour la prochaine fête des mères, renouvelle l’exercice avec Givenchy (ci-dessus). Mais les collaborations croisées entre différents domaines de l’art de vivre se multiplient, et les mariages sont parfois surprenants. Justement, Guerlain s’est acoquiné avec la créatrice de robes de mariées Delphine Manivet pour la signature d’un modèle inédit à l’occasion de la sortie d’un parfum dédié au jour J. Baptisée Le bouquet de la mariée dans sa version extrait et Le plus beau jour de ma vie en eau de parfum, la fragrance fleure bon la dragée et embaumera les plis de dentelle de la robe vendue en exclusivité dans les boutiques de la styliste. Celle-ci s’est inspirée de la  tenue de l’impératrice Eugénie pour son mariage avec Napoléon III, cérémonie qui a elle-même permis la naissance de l’Eau de l’impératrice Eugénie, première Cologne Guerlain en 1853. La boucle historique est bouclée.

20150210_115952

Guerlain et Delphine Manivet, un parfum qui se porte – photo P.C.

Au-delà de l’aspect créatif, ce type de collaboration est aussi un moyen de démultiplier les relations publiques en attirant des médias au-delà des rubriques beauté. C’est le sens du partenariat entre la marque de cosmétiques Darphin et la petite maison de papier peint artisanal Antoinette Poisson, du nom de la Marquise de Pompadour. La première a confié à la seconde la création d’une pochette en édition limitée, imprimée d’un motif de dominos à l’ancienne. Si les 10 exemplaires à 3800 euros devraient bien trouver preneurs, ce sont surtout les retombées dans la presse mode et décoration que convoite Darphin, et son astucieuse directrice de la communication.

image004

Darphin et Antoinette Poisson, le chic en toutes circonstances – photo DR

Parfumeurs et musiciens partagent souvent leur vocabulaire : on parle de notes, d’accords, de partitions dans les deux univers. Jean Patou, qui mène décidément son relancement tambour battant, a poussé l’analogie encore plus loin en demandant au violoncelliste Adrien Frasse-Sombet de sélectionner des morceaux de musique adaptés à quatre de ces piliers, Joy, Joy Forever, 1000 et Sublime, qui sortent en adorables miniatures. S’en sont suivis des concerts en petit comité menés conjointement par le parfumeur Thomas Fontaine et le jeune musicien plein d’énergie. Joy était un parfum optimiste créé après le krach de 1929? Adrien Frasse-Sombet l’a associé aux menuets de Bach, qui évoquent aussi la chute et la renaissance. 1000 contient de l’osmanthus, un arbuste asiatique? C’est parti pour un air de musique chinoise. Sublime est un oriental exubérant? Il dialogue avec un tango argentin mâtiné d’improvisations arabo-andalouses. Joy Forever, variation contemporaine de Joy, marie l’humour et l’élégance? Va pour le Rondo de Boccherini. Une très jolie idée à retrouver ici en vidéo.

JEAN PATOU COF. MINIATURES JOY-JFE-1000-SUBLIME, janv 2015

Senteur et musique – photo DR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s