Une bonne idée par jour : Ravage de Barjavel

Publication sur Instagram le 4 janvier

La lecture est une consolation en période d’inquiétude, et nous sommes nombreux, dans l’incertitude du confinement, à nous tourner vers des livres qui nous rappellent notre situation. Plus que des écrits légers, on cherche des récits d’enfermement, comme Le journal d’Anne Frank, ou d’épidémie, comme La Peste d’Albert Camus. On y trouve une forme d’identification, mais aussi de distanciation, car l’épreuve du confinement a un but (retarder la propagation du virus) et aura une fin (l’espoir fait vivre).

En janvier dernier, lorsque des incendies ravageaient l’Australie, j’ai eu envie de relire Ravage de René Barjavel, ce vieux classique de la littérature d’anticipation. Il décrit une société ultra moderne où soudainement l’électricité disparaît. S’en suivent des catastrophes en chaîne, jusqu’à un final très marqué par l’époque où il a été écrit (1942) : retour à la terre et triomphe du patriarcat. Là-dessus au moins on est sûr que c’est de la science-fiction (lol).

Malgré ses défauts, ce livre a des passages puissants comme la description d’une scène d’hystérie collective qui n’est pas sans rappeler certaines ruées sur le PQ :

« Les gens les plus proches des portes qu’on allait leur fermer au nez protestèrent violemment. Des bousculades suivirent. Les agents, frappés, ripostèrent. Certains, affolés, voulurent, malgré les instructions reçues, se servir de leurs mitraillettes. Elles leur éclatèrent aux doigts. Ils furent submergés, piétinés, assommés. La foule se jeta sur les bicyclettes. Arrachées, reprises, tirées de toutes parts, elles furent mises en pièces sans profit pour personne. »

Les politiques qui en appellent à l’union nationale :

« Messieurs, que dirait le pays s’il nous voyait, les pays qui a besoin de compter, aujourd’hui plus que jamais, sur son gouvernement d’Union nationale, pour tenir ferme, au milieu des récifs et des tempêtes créés par la situation nouvelle, le gouvernail de la Nation! Faites taire vos ressentiments. Il ne s’agit pas de complot. L’événement est beaucoup plus grave. Les circonstances actuelles, que je vais vous exposer, vont demander, des hommes au pouvoir, de vous et de moi, mes chers collègues, une somme peu ordinaire de travail, de dévouement à la chose publique et d’abnégation devant les intérêts de la Patrie. Je suis sûr de pouvoir compter sur chacun de vous. Je vous demande de répondre ‘Présent!’ ‘Vive la France!' »

Ou cet incendie qui évoque parfaitement le mal que l’on peut faire à la planète :

« La rivière s’enfonçait au coeur du brasier. Les troncs d’arbre craquaient dans le feu comme des os sous la dent d’un chien. L’eau, de tiède, devenait chaude. Des débris charbonneux de toutes sortes en couvraient la surface comme une croûte. Les têtes hérissées des sangliers et les museaux pointus des petits animaux y traçaient des chemins aussitôt retouchés. Le radeau croisa la tête d’un cerf qui remontait le courant, une branche flambant accrochée dans ses bois. »

Et plus loin :

« Le feu atteignit la forêt, la flamba d’un seul coup. Les oiseaux, les mammifères, les reptiles, les batraciens, les insectes, les invisibles alimentèrent le brasier de la multitude de leurs petites âmes dorées. La pointe de la flamme perça le bleu du ciel, troubla la nuit éternelle d’un reflet. »

Rappelons que les incendies en Australie ont détruit plus d’un milliard d’animaux. À ce titre, ils étaient un avertissement et le virus qui traverse la barrière des espèces pour se propager dans le monde entier est la démonstration de nos responsabilités collectives. Les écrivains sont parfois des oracles qui nous ouvrent les yeux à distance. Voilà pourquoi l’art est aussi indispensable que les supermarchés actuellement.

Une réflexion au sujet de « Une bonne idée par jour : Ravage de Barjavel »

  1. Ping : Une bonne idée par jour : Dans la forêt de Jean Hegland | Une bonne idée par jour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s