Luxe et féminisme dans Stratégies

Un dossier à retrouver cette semaine en kiosques et sur strategies.fr

J’ai particulièrement aimé enquêter pour le dossier Luxe et féminisme paru cette semaine dans Stratégies. Il fait le point sur les actions des marques de luxe pour embrasser les combats féministes, à commencer par le t-shirt « We should all be feminists » de Dior, tiré d’un discours de l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. Ce vêtement à 620 euros (prix relevé sur le site de Dior) a tout de l’opportunisme en apparence mais il découle d’une vraie conviction de la directrice artistique Maria Grazia Chiuri et a suscité une conversation mondiale. D’autres marques se sont mobilisées pour porter la parole des femmes à travers des podcasts, des programmes de mentoring, des prix récompensant des entrepreneures, mais aussi le soutien à des causes sociétales comme les violences conjugales. Yves Saint Laurent Beauté chez L’Oréal a ainsi cédé une partie de son espace publicitaire à l’association En Avant Toute(s) pour sensibiliser aux signes d’une relation maltraitante, une initiative assez nouvelle dans le luxe.

Une campagne d’YSL Beauté menée avec l’agence BETC Étoile Rouge

Pour ce dossier, j’ai aussi interrogé des responsables de la presse féminine pour savoir comment elles avaient traité les nouvelles revendications féministes post #metoo. Elle et Marie-Claire ont toujours relayé les mouvements de société mais cette dernière vague est porteuse de discours nouveaux où l’on parle d’intersectionnalité, de sororité, de cancel culture, de male gaze, de grossophobie… J’ai parlé avec Katell Pouliquen de Marie-Claire, Erin Doherty de Elle, Morgane Miel de Madame Figaro, Lauren Bastide, ancienne de Elle qui a créé le podcast La Poudre. J’ai été touchée par leur sincérité et leur énergie à mettre en valeur ces sujets malgré la crise de la presse et les critiques envers les magazines féminins. Erin Doherty a défendu la ligne éditoriale de Elle qui enchaîne sans complexe les enquêtes de société et les sujets plus légers sur le maquillage ou la forme car les lectrices ont envie des deux (Chimamanda Ngozi Adichie se définit elle-même comme une féministe qui aime le rouge à lèvres). Le dernier numéro de Elle est d’ailleurs consacré au féminisme avec un entretien croisé entre cinq représentantes de la diversité du combat, Caroline Fourest, Delphine Horvilleur, Tania de Montaigne, Titiou Lecocq et Camille Lextray.

À lire pour aller plus loin sur ce sujet :

Nous sommes tous des féministes de Chimamanda Ngozi Adichie (Folio)

Présentes de Lauren Bastide (Allary Éditions)

À écouter :

À voir :

-Pop féminisme, documentaire d’Élise Baudoin et Ariel Wizman sur Arte.tv

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s