Design, cosmétiques, management, résumé des épisodes précédents

Les cosmétiques noirs dans le Journal du dimanche

Les masques et crèmes de couleur noire sont une tendance de fond du monde des cosmétiques. Appréciés pour leur aspect spectaculaire, ils sont les stars de Youtube et Instagram, parfois à l’excès avec des produits non homologués épinglés par la Febea (Fédération des entreprises de la beauté). La couleur correspond au charbon végétal qu’ils contiennent, aux vertus assainissantes. Je décris cette tendance dans le Journal du dimanche du 5 novembre.

 

Dans les coulisses du Peugeot Design Lab

Design fax est une newsletter hebdomadaire pour la communauté des designers. J’y contribue une fois par mois, en alternance avec trois autres journalistes. Ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion d’interviewer le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris sur ses actions en faveur du design, de faire le portrait de la jeune société de mobilier Versant Édition, et de visiter le Peugeot Design Lab, le studio de design hors automobile du constructeur. En quelques années, cette agence est devenue une référence dans le monde des transports, avec des réalisations pour Alstom, Airbus, et un vélo pliant qui lui a donné du fil à retordre. Article paru le 9 octobre.

 

Achiever Awards du CEW

Pour le magazine BW Confidential, j’ai réalisé les portraits des lauréats des Achiever Awards du CEW, réseau à la fois professionnel et caritatif du secteur de la beauté. L’occasion de découvrir l’itinéraire étonnant d’Elise Boghossian, acupuntrice à Paris qui part une fois par mois soulager les réfugiés d’Irak. Et d’interroger Françoise Montenay, l’opiniâtre présidente du CEW dont l’action permet d’apporter du bien-être aux malades du cancer. À feuilleter ici le « flipbook » distribué en version papier lors de la remise des prix le 6 novembre.

Le nez des designers

IMG_5510

Nez, la revue olfactive, en est déjà à son numéro 4 (revoir ici mes précédents articles). En complément du dossier spécial sur parfum et art, j’ai interrogé six designers français sur leur rapport aux senteurs : Philippe Starck, Matali Crasset, India Mahdavi, Jean-Sébastien Blanc des 5.5, Élise Fouin, Ionna Vautrin. D’autres seront publiés sur le site, à commencer par Noé Duchaufour-Lawrance.

Sujets management pour Stratégies

Pour Stratégies, j’ai traité deux sujets d’actualité dans les ressources humaines : les shadow comex (article paru le 10 octobre) et le recrutement prédictif. Le premier concerne la création de comités de direction alternatifs pour faire entendre la voix des « millennials » dans les prises de décision.  Accor, Orange, Carrefour, Havas Media ont sauté le pas. J’ai recueilli leurs témoignages ainsi que l’éclairage du consultant Édouard Tessier du cabinet Anakao.

Le recrutement prédictif consiste à utiliser les algorithmes et l’intelligence artificielle pour recruter les meilleurs candidats dans des postes difficiles à pourvoir, non seulement en fonction de leurs compétences mais aussi du meilleur moment pour les contacter. Des robots pour remplacer les DRH? Les experts s’en défendent et font valoir au contraire une élimination des tâches répétitives au profit du contact humain. L’article est paru le 30 novembre (réservé aux abonnés les premières semaines).

La beauté cachée du lait

Le lait de vache n’a pas bonne presse. Ses bienfaits pour la santé sont remis en cause comme le décryptait un récent article très fouillé du Monde. Quant à l’affaire de la « ferme des 1000 vaches », elle illustre les dérives du productivisme par opposition à une agriculture de proximité.

C’est dans ce contexte que le Cniel, l’interprofession laitière, organise jusqu’au 30 juin l’exposition « Milk Lab, les designers réinventent le lait ». Réunis par la journaliste Claire Fayolle dans une scénographie d’Ich & Kar, une dizaine de designers et des étudiants de Reims et de Nancy ont imaginé des propositions futuristes sur le thème du lait, en tant que contenu, contenant et ingrédient de nouveaux matériaux.

Mes petits chouchous des 5.5 Designstudio ont amené le geste de la traite en ville à travers le projet « Vache à lait » :

5.5

BETC Design a imaginé une imprimante 3D pour créer des objets comestibles :

BETC Design a imaginé une imprimante 3D pour créer des sculptures comestibles

Eliumstudio s’est associé à la start up lyonnaise Lactips, qui a mis au point une matière plastique compostable et biodégradable à partir de la caséine, une protéine du lait :

Eliumstudio s'est associé à la start up lyonnaise Lactips, qui a mis au point une matière plastique compostable et biodégradable à partir de la caséine, une protéine du lait

C’est le plus simple, le plus « low tech » et le plus facilement exploitable des projets. « Hot Milk Lab » de Sebastian Bergne est un bar à lait à mixer avec des épices et des arômes :

C'est le plus simple, le plus

Et aussi… Le designer culinaire Marc Brétillot a proposé des moules à fromage irréguliers, Stéphane Bureaux un bol à et en lait (à base de caséine), Nodesign une imprimante utilisant le lait comme encre, Sismo une application pour smartphone, l’étudiante de l’Ecole supérieure d’art de de design de Reims Sijya Gupta une pâte à lait nutritive…

Une opération de communication et de lobbying grandeur nature pour l’interprofession, qui investit une galerie d’art éphémère, la Milk Factory, 5 rue Paul Bert dans le 11e arrondissement de Paris. Plus originale qu’une campagne de communication, c’est une façon de parler du lait sous l’angle de la création et de la prospective. Mais du lait de vache uniquement, les laits de chèvre ou d’ânesse sont non grata au Cniel.

Les 5.5 investissent l’Atelier Renault

Image

J’ai un faible pour les 5.5 Designstudio, ce collectif de quatre designers formé à l’Ecole d’arts appliqués Olivier de Serres. Ils sont jeunes (une petite trentaine chacun) mais déjà forts de dix ans d’expérience. Leur liste de clients, impressionnante (Bernardaud, Galeries Lafayette, Moët & Chandon, Veuve Cliquot, Moulinex…), en fait des designers impliqués dans le « made in France » et l’excellence de l’industrie française. Leurs projets ont toujours un supplément de sens et d’âme, comme celui qui les a fait connaître, la rénovation de meubles « malades », ou la conception d’électroménager petit prix.

Leur approche intègre rencontre la puissance de l’industrie automobile avec l’exposition « So French by 5.5 » à l’Atelier Renault sur les Champs-Elysées jusqu’au 15 juin. Lire la suite

Les 5.5 ont dix ans

Cet article est paru sur cosmetiquemag.fr à l’occasion du salon Tax Free à Cannes et alors que l’agence de design venait de remporter plusieurs budgets dans la beauté.

portraitanniversairesmall

Ils se sont fait connaître en 2003, à peine diplômés de l’Ecole nationale supérieure d’arts appliqués, pour leur projet de «médecine des objets», qui offrait une seconde vie à des meubles abîmés. Puis, ils ont aménagé l’espace Lafayette VO aux Galeries Lafayette, ont dessiné pour Nespresso, Bernardaud, Moët & Chandon ou Moulinex. Mais, depuis quelque temps, le travail des 5.5 Designers intéresse de plus en plus l’univers de la beauté. Après la création de l’identité visuelle de Nailmatic, la marque de vernis à ongles vendue en distributeur automatique, ils viennent de signer le nouveau mobilier institutionnel des parfums Cacharel, présenté au salon Tax Free, à Cannes, en octobre. Lire la suite