Qui veut les fesses de Kim Kardashian?

kim-kardashian-has-fixed-that-viral-instagram-post-that-the-fda-demanded-she-take-down

Sans être le moins du monde fascinée par la fratrie Kardashian que je considère d’une vacuité effarante, je ne peux que constater leur omniprésence médiatique. A ce titre, je m’intéresse au phénomène sous l’angle du business. Les soeurs aux prénoms en K, cornaquées par une mère chef de clan, sont une machine de guerre économique avec des investissements dans les cosmétiques, un jeu sur mobile, divers contrats publicitaires et une émission de télé-réalité dédiée, Keeping up with the Kardashians. Pour avoir suivi un quart d’heure d’un épisode (plus, c’est une forme de torture), j’ai pu suivre les rendez-vous d’affaires de Kim pour le lancement de son application mobile, où les soeurs veillent au grain pour avoir leur part du gâteau. Le même épisode dévoilait le psychodrame de l’interview de Caitlyn (ex-Bruce) Jenner dans Vanity Fair et le rôle joué par l’épouse de Kanye West pour réconcilier la famille. Avec force montage et plusieurs arcs narratifs, la série mêle réalité et fiction et l’on se demande ce qui peut bien motiver ces jeunes filles à se laisser filmer dans leur vie privée à part l’appât du gain.

Toujours est-il que Kim et ses soeurs sont des modèles de beauté pour de nombreuses femmes qui veulent adopter leurs cheveux, leurs sourcils, leur maquillage et même leurs fesses. C’est cette tendance que je décris dans un article du Journal du dimanche paru le 24 avril.