Une bonne idée par jour : le zéro déchet

Pour relâcher la pression sur les employés des supermarchés, et pour éviter au maximum les sorties qui pourraient faire circuler le virus, on essaie de limiter les courses à une ou deux fois par semaine en fonction de la taille de son foyer. Il serait donc absurde de gaspiller la nourriture dans ces circonstances. C’est le moment ou jamais d’apprendre à cuisiner sans jeter et à accommoder les restes. Cela vaut surtout pour les aliments périssables comme les fruits et les légumes.

Quand on achète des produits bio (carottes, pommes de terre), on n’a pas besoin de les peler. Les frotter simplement sous l’eau est suffisant. Avec les épluchures s’il y en a, on peut faire une soupe. La soupe, c’est le plat pratique qui recycle tout : on peut y mettre des feuilles de salade un peu flétries, des fanes de radis ou de carottes, un oignon, deux pommes de terre, on mixe et c’est bon. Si on a un congélateur, on peut en préparer d’avancer et stocker le reste.

Avec les bananes un peu mûres ou les pommes fripées, on fait un dessert délicieux avec du sucre et du beurre : on fait caraméliser dans une poêle et c’est prêt. Là aussi, on peut congeler pour plus tard. Cela peut servir de garniture pour un gâteau.

Avec les restes de pain, on peut faire plein de choses : des croûtons (coupé en dés et revenu à la poêle), de la chapelure (passé au mixer), du pain perdu (imbibé de lait tiède et passé dans l’oeuf battu, quelques minutes de chaque côté dans du beurre, saupoudré de sucre, c’est un petit-déjeuner de fête).

L’eau des pois chiches sert à faire des meringues, de la mayonnaise…

Au niveau expert du zéro déchet, il y a d’autres techniques. Connaissez-vous l’aquafaba? C’est l’eau que l’on trouve dans les conserves de pois chiches. Elle peut se monter en neige avec un batteur et remplace le blanc d’oeuf. Pour faire un glaçage par exemple, ça fonctionne. On peut aussi en faire une base de mayonnaise. Testé et approuvé!

Les Asiatiques connaissent les bienfaits des boissons chaudes qui rééquilibrent les énergies. Dans un restaurant japonais, j’ai découvert l’idée de servir l’eau de cuisson des nouilles soba en fin de repas avec un peu de sauce soja : ça réchauffe, ça aide à digérer. On peut le faire chez soi avec l’eau de cuisson des pâtes ou du riz. Le bouillon Kub est très salé mais peut dépanner faute de mieux. Sinon un peu de ciboulette ou de cébette (petit oignon vert), de l’huile de sésame ou de colza, quelques grains de poivre, c’est un bouillon parfumé et réconfortant.

Le zéro déchet, c’est aussi réduire le volume de nos poubelles pour faciliter le travail des éboueurs. Plus on cuisine maison avec des ingrédients bruts, moins on a besoin d’acheter des produits industriels sur emballés (paquets de biscuits, plats préparés…) et c’est meilleur pour la santé. D’autant qu’il est aussi plus difficile de recycler : beaucoup de centres de tri sont fermés. Dans mon arrondissement, on pratique la collecte de déchets alimentaires pour faire du compost, mais depuis le confinement, les poubelles dédiées ont disparu. Ce devait être trop difficile à gérer et pas assez sécurisé. Espérons que les bonnes habitudes reprendront après la crise sanitaire. Mais si on a un jardin, on n’a pas d’excuse!

Les bonnes idées de la semaine #6

Plus de 600 000 entrées pour Demain le film

C’est le succès inattendu du moment. Accueilli de façon un peu condescendante par Le Monde à sa sortie (qui y voit un phénomène de société deux mois plus tard), le documentaire Demain a dépassé les 650 000 entrées en 11 semaines d’exploitation. Il est près d’atteindre les 740 000 spectateurs du film Une vérité qui dérange d’Al Gore il y a dix ans. Sauf que Demain va au-delà du constat alarmiste sur le climat pour passer à l’étape suivante : la proposition de solutions. C’est l’exemple type du succès construit sans battage médiatique mais à coup de projections-débats dans toute la France, dont les spectateurs sortent prêts à se retrousser les manches.

Comme je l’écrivais en décembre, si la forme abuse un peu des plans de coupe en voiture et dans les aéroports, le fond est enthousiasmant, qui montre des passionnés menant des actions concrètes et duplicables. Chacun peut agir à son niveau, y compris en ville en consommant local et de saison, en achetant du vrac plutôt que des produits sur-emballés, en utilisant les transports en commun, en encourageant les jardins partagés. Il paraît que l’on peut faire du compost à Paris. Moi je dis oui!

Demain le film est nommé aux Césars. Qu’il gagne ou pas, j’espère que cette exposition médiatique va lui apporter encore plus de spectateurs et diffuser son esprit positif, comme les colibris de Pierre Rabhi.

Heureux comme un Français en France

FullSizeRender-2

Alors là, je bois du petit lait. Dans cet essai publié aux Presses de la Cité, le journaliste Yves Deloison démonte les clichés déclinistes qui font de la France un pays plus pessimiste que l’Irak et l’Afghanistan. Un parti pris qui l’amène par définition à survoler les problèmes réels du pays (chômage, précarité, inégalités) mais qui insiste sur les réussites : la natalité, des entreprises qui exportent, un système social qui tient le coup, une qualité de vie enviable, une créativité non démentie…

Par mes nombreux articles sur les entreprises made in France, y compris dans le secteur des cosmétiques, j’ai pu constater combien les Français peuvent être inventifs et enthousiastes, contre vents et marées. Je persiste à penser que les médias ont une énorme responsabilité dans le climat délétère national, non pas tant en diffusant des mauvaises nouvelles (c’est leur métier) qu’en négligeant de les contrebalancer par des bonnes ou par des propositions. Il est vrai que le Français, râleur par nature (parfois à bon escient), a du mal à voir le verre à moitié plein même si on lui présente un excellent nectar. On dit souvent que les Danois sont le peuple le plus optimiste du monde parce qu’il n’a pas trop d’attente. Il ne peut pas être déçu! Les Français, éternels insatisfaits, aspirent à avoir toujours mieux. Réflexe d’idéaliste, d’enfant gâté, d’adolescent attardé? En tout cas un comportement pas très mature pour un si vieux pays.

Alors, la prochaine fois que votre tonton grincheux déblatèrera sur le déclin de la France, citez-lui les chiffres énumérés par Yves Deloison en fin d’ouvrage, et envoyez-le voir Demain pour se remonter le moral!

Albert Londres, les pigeons et moi

Dorothée Drevon est pigiste, « comme pigeon, avec iste à la fin pour faire expert ». C’est aussi une comédienne-née avec un sacré abattage, capable de croquer en quelques scènes les grandeurs et servitudes du journalisme indépendant, entre rédacteur en chef tyrannique, conseillère Pôle Emploi dépassée et appels à témoins loufoques.

J’ai découvert son one-woman-show « Albert Londres, les pigeons et moi » dans un petit théâtre du 18e arrondissement grâce à une connaissance commune. Elle joue aujourd’hui tous les jeudis soirs au théâtre de Dix Heures en plein Pigalle. Impossible de ne pas s’y reconnaître quand on est freelance. Oui, le coup de fil qui débloque toute une enquête le vendredi à 18h, quand les enfants sont en train de se noyer dans le bain, c’est du vécu. L’interview en pyjama itou (dans le spectacle, c’est plus trash). Mais Dorothée Drevon sait aussi s’adresser à un public de non initiés, avec des témoins d’émissions de télé plus vrais que nature (magnifique Anne-Béa, à retrouver sur Youtube, avec d’autres galeries de portraits). C’est drôle, bien vu, bien joué et mine de rien, c’est un vrai hommage à un métier de vocation. Que dis-je, un sacerdoce.