Cosmétiques de sorcières

unnamed

Cet article paru le 21 avril dans Le Journal du dimanche décrypte le filon marketing des sorcières dans les produits de beauté, qui inspire les marques Delbôve, Mélusine ou Garancia.

 

Les Achiever Awards du CEW, édition 2018

Capture d’écran 2019-09-13 à 11.23.21Le CEW (Cosmetic Executive Women) est un réseau professionnel et caritatif du secteur de la beauté qui finance notamment des soins esthétiques dans les hôpitaux. Par rapport à son intitulé d’origine, il s’est ouvert à des adhérents hommes et est devenu un lieu d’échanges autour des enjeux de l’industrie. Tous les ans, il remet les Achiever Awards, qui récompensent des professionnels aguerris et des jeunes entrepreneurs. J’ai réalisé le dossier sur les lauréats accompagnant la soirée de remise des prix qui s’est tenue le 15 octobre. À retrouver dans ce lien.

Plantes, barbe et Japon dans le JDD

Comme son nom l’indique, la rubrique Plaisirs du Journal du dimanche est dédiée à toutes les bonnes choses de la vie, culture, gastronomie, voyages, des sujets légers à déguster en fin de semaine. Si au départ j’étais vouée aux thématiques parfum/beauté, j’ai élargi ma palette au gré des tendances que je repère. Ainsi la végétalisation des centres-villes est devenue un sujet majeur depuis que la mairie de Paris a autorisé les plantations sur les trottoirs et on ne compte plus les jardins sur les toits, les ruches urbaines et autres murs végétaux qui envahissent les rues, du magasin Yves Rocher sur les Champs Elysées au centre commercial Beaugrenelle en passant par les stations de métro. L’article « On veut du vert ! » le 4 mars faisait le point sur ce phénomène qui inspire les entrepreneurs, comme les paysagistes des Jardins de Babylone ou l’architecte Vincent Callebaut.

IMG_6323 (1)

Autre tendance du moment : la barbe a quitté le microcosme des hipsters et des bikers pour s’imposer au plus haut sommet de l’Etat. Une aubaine pour les marques de cosmétiques qui multiplient les innovations à l’instar de L’Oréal et David Beckham dont la gamme très chic House 99 s’adresse aux hommes poilus et tatoués. Hier il fallait un menton bien rasé pour incarné « la perfection au masculin », aujourd’hui les jeunes s’inspirent de Drake et Paul Pogba pour sculpter leur barbe et leur cheveu et ont même leurs tutoriels Youtube spécialisés dans le « grooming ». L’article est paru le 8 avril.

IMG_6836

Enfin la nippomania submerge la France à l’occasion du 160e anniversaire des relations diplomatiques entre notre pays et le Japon. Le programme officiel Japonismes 2018 va démarrer en juin mais de très belles expositions ont déjà débuté à la Maison de la culture du Japon à Paris et au Musée des impressionnismes de Giverny. Dans cet article paru le 29 avril, j’analyse la nouvelle vague du japonisme, dans la gastronomie, la décoration, l’art, les cosmétiques… Fascinant Japon que j’ai eu la chance de visiter en 2016 et où je rêve de retourner.

 

Soins : la formule mène la danse

J’ai démarré avec plaisir une nouvelle collaboration avec le magazine Formes de Luxe spécialisé dans les emballages haut de gamme pour les cosmétiques et les spiritueux. Ce dossier montre comment les nouvelles textures de soin (huiles, poudres, encapsulation…) influencent les fabricants de flacons et les solutions de dispensing (flacon pompe, pipette, airless…). Avec en vedette la nouvelle Crème main de Chanel qui tient au creux de la paume et dont la forme souple dissimule une poche en aluminium à l’abri de l’air. À suivre : une enquête sur les rouges à lèvres…

 

L’actualité de la santé dans Pharmacien Manager

Pharmacien Manager est un mensuel destiné aux pharmaciens d’officine, considérés comme des entrepreneurs à part entière. Le magazine aborde des problématiques propres à tous les managers : droit du travail, digitalisation, ubérisation, agencement des points de vente, nouveautés produits… Ces derniers mois, j’ai traité pour Pharmacien Manager du sujet des plateformes de rendez-vous en ligne, les MonDocteur, Doctolib (qui vient de lever 35 millions d’euros) et autre Concilio qui vient de se lancer sur le créneau des recommandations de médecins. Qu’est-ce que cela change dans le parcours de soin des patients, quelles conséquences pour les pharmacies avec une plateforme comme Doctipharma qui n’a pas le droit de vendre des médicaments en ligne mais développe d’autres services comme l’envoi d’ordonnances?

Dans le numéro de novembre, je consacre un reportage au nouveau Printemps de la beauté, qui comprend un espace L’Officine dédié aux marques de dermo-cosmétique; aux cosmétiques vegan, une tendance liée à la cause animale sur laquelle les pharmaciens commencent à être sensibilisés; et aux cadeaux de Noël en pharmacies, un achat qui n’a rien d’anecdotique avec le développement de coffrets très qualitatifs par des marques comme Nuxe, Roger & Gallet ou Melvita.

Design, cosmétiques, management, résumé des épisodes précédents

Les cosmétiques noirs dans le Journal du dimanche

Les masques et crèmes de couleur noire sont une tendance de fond du monde des cosmétiques. Appréciés pour leur aspect spectaculaire, ils sont les stars de Youtube et Instagram, parfois à l’excès avec des produits non homologués épinglés par la Febea (Fédération des entreprises de la beauté). La couleur correspond au charbon végétal qu’ils contiennent, aux vertus assainissantes. Je décris cette tendance dans le Journal du dimanche du 5 novembre.

 

Dans les coulisses du Peugeot Design Lab

Design fax est une newsletter hebdomadaire pour la communauté des designers. J’y contribue une fois par mois, en alternance avec trois autres journalistes. Ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion d’interviewer le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris sur ses actions en faveur du design, de faire le portrait de la jeune société de mobilier Versant Édition, et de visiter le Peugeot Design Lab, le studio de design hors automobile du constructeur. En quelques années, cette agence est devenue une référence dans le monde des transports, avec des réalisations pour Alstom, Airbus, et un vélo pliant qui lui a donné du fil à retordre. Article paru le 9 octobre.

 

Achiever Awards du CEW

Pour le magazine BW Confidential, j’ai réalisé les portraits des lauréats des Achiever Awards du CEW, réseau à la fois professionnel et caritatif du secteur de la beauté. L’occasion de découvrir l’itinéraire étonnant d’Elise Boghossian, acupuntrice à Paris qui part une fois par mois soulager les réfugiés d’Irak. Et d’interroger Françoise Montenay, l’opiniâtre présidente du CEW dont l’action permet d’apporter du bien-être aux malades du cancer. À feuilleter ici le « flipbook » distribué en version papier lors de la remise des prix le 6 novembre.

Le nez des designers

IMG_5510

Nez, la revue olfactive, en est déjà à son numéro 4 (revoir ici mes précédents articles). En complément du dossier spécial sur parfum et art, j’ai interrogé six designers français sur leur rapport aux senteurs : Philippe Starck, Matali Crasset, India Mahdavi, Jean-Sébastien Blanc des 5.5, Élise Fouin, Ionna Vautrin. D’autres seront publiés sur le site, à commencer par Noé Duchaufour-Lawrance.

Sujets management pour Stratégies

Pour Stratégies, j’ai traité deux sujets d’actualité dans les ressources humaines : les shadow comex (article paru le 10 octobre) et le recrutement prédictif. Le premier concerne la création de comités de direction alternatifs pour faire entendre la voix des « millennials » dans les prises de décision.  Accor, Orange, Carrefour, Havas Media ont sauté le pas. J’ai recueilli leurs témoignages ainsi que l’éclairage du consultant Édouard Tessier du cabinet Anakao.

Le recrutement prédictif consiste à utiliser les algorithmes et l’intelligence artificielle pour recruter les meilleurs candidats dans des postes difficiles à pourvoir, non seulement en fonction de leurs compétences mais aussi du meilleur moment pour les contacter. Des robots pour remplacer les DRH? Les experts s’en défendent et font valoir au contraire une élimination des tâches répétitives au profit du contact humain. L’article est paru le 30 novembre (réservé aux abonnés les premières semaines).

Dans les coulisses des fabrications de cosmétiques

Derrière l’aspect glamour des cosmétiques, il y a une réalité industrielle avec des contraintes de fabrication très précises et des contrôles qualité draconiens. Ces derniers mois, j’ai eu l’occasion de visiter plusieurs usines pour découvrir l’envers du décor de ce secteur « made in France ».

Léa Nature près de La Rochelle

L’entrepreneur Charles Kloboukoff est un vrai militant du développement durable qui pense que chaque geste compte, et si son entreprise d’alimentaire et cosmétique bio Léa Nature est marginale face aux multinationales comme L’Oréal ou Unilever, elle contribue à la croissance des rayons concernés en grande distribution. J’apprécie particulièrement cette démarche de proposer au grand public des produits sains et locaux à des prix accessibles. Les tisanes Jardin bio sont de vraies alternatives aux décoctions de pesticides que sont les thés traditionnels, et les cosmétiques So’ Bio Etic passent par des batteries de tests pour entrer dans le cahier des charges d’Ecocert. J’ai consacré un article à la visite du site de production de Périgny-La Rochelle dans Le Journal du dimanche du 11 juin, alors que Léa Nature va ouvrir une nouvelle usine en 2018 pour tripler sa production de cosmétiques bio.

 

 

Episkin à Lyon

Episkin est une filiale du groupe L’Oréal depuis 1997, qui reconstitue de la peau à partir de cellules humaines issues d’opérations de chirurgie esthétique. Cette technologie permet de réaliser des tests d’innocuité des produits cosmétiques sans avoir recours aux expériences sur animaux (totalement interdits dans les cosmétiques au niveau européen depuis 2003). L’Oréal Paris a organisé une visite de ce laboratoire en mars dernier dans un objectif de transparence et de réassurance, mais le retour de bâton a été violent sur les réseaux sociaux, certaines blogueuses lui reprochant d’accepter les tests sur animaux en Chine. En effet, comme le reconnaît la marque, les procédures d’homologation de produits importés en Chine imposent de les tester sur les animaux, et les défenseurs du bien-être animal pointent du doigt les groupes qui s’y plient -c’est-à-dire pratiquement tous, car comment se priver du marché chinois?

Pour ma part, je ne prononcerais pas sur le sujet. Rares sont les marques qui peuvent se permettre de ne pas vendre en Chine, mais les consommateurs militants ont le droit de vouloir être intransigeants sur ce point (même si en cherchant bien on trouvera toujours des raisons de s’indigner dans tous les domaines). Le directeur général France de L’Oréal Paris Mehdi Khoubbane m’a expliqué qu’en concertation avec les autorités sanitaires chinoises, la marque avait déjà supprimé les tests sur les shampoings, les gels douche et le maquillage, et je trouve cette démarche de coopération sur le long terme plus intéressante qu’une posture vertueuse/condescendante. Le débat n’est pas clos.

Mon article sur la politique de tests de L’Oréal Paris est paru dans Le Journal du dimanche du 30 avril.

 

 

Lancaster à Monaco

On n’est pas exactement dans le made in France mais à ses lisières, sur la principauté monégasque où les entreprises s’installent pour d’évidentes raisons fiscales. Lancaster s’y est établi en 1946 et depuis son intégration au groupe Coty il y fabrique notamment les parfums Calvin Klein et les crèmes solaires préférées de la princesse Grace. Dans cet îlot de luxe sous le soleil, il est insolite de trouver une usine à flanc de rocher, où la gravité permet de passer directement de la fabrication des crèmes à leur embouteillage un étage plus bas. J’y étais à l’invitation de Coty, dont la marque Wella est partenaire du festival de télévision de Monte Carlo, et c’était l’occasion de raconter l’intégration des marques de Procter & Gamble qui ont fait du groupe le numéro un mondial des parfums et le numéro trois de la beauté. L’article est paru dans Stratégies le 3 juillet (réservé aux abonnés).