Le design en action

Decathlon a rendu publics ses plans pour permettre aux médecins de transformer ses masques de plongée en respirateurs
Et c’est à peine une blague

On parle beaucoup des masques de plongée de Decathlon, reconvertis en respirateurs en Italie puis en France. La marque de sport a décidé de les retirer de la vente pour les réserver exclusivement aux hôpitaux. Certains soignants s’équiperaient même de ses ponchos de randonnée en remplacement de surblouses. D’un côté, on peut trouver pathétique que de grands pays développés aient recours à du bricolage face aux pénuries de matériel. Mais d’un autre côté, on peut se féliciter de la réactivité et de la créativité humaines en situation de crise. Et ce transfert de compétence étonnant entre le loisir et la médecine met en lumière le travail des designers.

J’ai eu l’occasion d’écrire sur la démarche de Decathlon, qui outre le masque Easybreath a breveté la tente Quechua qui se déplie en deux secondes. L’entreprise a mis en place il y a quelques années une stratégie d’innovation qui passe par plusieurs principes :

-faire travailler ensemble les chefs de projet, les ingénieurs et les designers. C’est-à-dire la connaissance des consommateurs, la faisabilité technique et l’ergonomie. Un produit peut être parfait techniquement mais difficile à comprendre par l’utilisateur. Plutôt que d’avancer chacun dans son couloir, la mise en commun des compétences permet de trouver plus vite les solutions aux problèmes;

-tester les produits sur leur lieu d’utilisation. Ainsi le développement des gammes pour les sports aquatiques est basé à Hendaye au Pays Basque, les sports de montagne en Haute-Savoie, les sports collectifs comme le football à Lille… Cela permet de valider beaucoup plus vite les prototypes;

-associer les utilisateurs aux développements. Decathlon a un club de clients passionnés de sport qui testent les produits en avant-première et proposent eux-mêmes des innovations à travers la plateforme Decathlon Cocreation.

Dans l’exemple dramatique de la lutte contre le Covid-19, la méthode du fabricant a prouvé sa validité : les équipes ont envoyé leurs plans aux médecins pour leur permettre d’adapter les masques. L’intelligence collective ne permet pas seulement d’améliorer des équipements sportifs, elle sauve des vies.

Et Decathlon n’est pas le seul à s’associer à la mobilisation. Des designers disposant d’imprimantes 3D les ont mises à disposition pour fabriquer en urgence des masques de protection. Un consortium d’entreprises, Air Liquide, Valeo, Schneider Electric et PSA, est réquisitionné pour fabriquer en urgence des respirateurs. Des entreprises qui comportent d’ailleurs des bureaux de design et qui sont rompues à trouver des solutions techniques dans un temps record. Parmi toutes les mauvaises nouvelles qui nous assaillent, on peut franchement se réjouir d’avoir un tissu d’entreprises de haut niveau capables de faire preuve de solidarité.

Et aussi… L’APCI, l’association de promotion du design en France, recense sur son site les initiatives et appels à projets de design en lien avec le Covid-19 et le confinement. Une base de données intéressante pour les professionnels.

Le design management, qu’est-ce que c’est?

IMG_0961

Design, ça fait trop fauteuil Eames. Aujourd’hui, dans les entreprises, on parle de design management. A savoir une méthode de travail qui part des modes de vie des utilisateurs, qui mobilise plusieurs compétences internes et externes et qui développe des produits et services utiles. Comme le disait Herbert Simon, prix Nobel d’économie et gourou des design managers, « le design est un ensemble d’actions qui vise à transformer une situation existante en situation préférable ».

Je fais le point sur le design management à l’heure de l’ubérisation de l’économie dans Stratégies spécial design du 14 avril 2016. Bousculées par les start ups dans les secteurs du transport, de l’hôtellerie, du commerce, les entreprises traditionnelles misent sur cette méthode pour innover, quitte à bousculer les habitudes internes (en général, ça fonctionne quand la direction est convaincue). Orange, SNCF, Accor Hotels, Decathlon en font partie, sur le modèle de leur mère à toutes, Apple.

Egalement dans ce numéro, j’écris sur les nouveaux métiers du design, sur le pack d’eau Evian sans emballage et sur le nouveau portail d’accueil des Deux Alpes.

Et ce n’est pas fini puisque j’ai le plaisir de rejoindre l’équipe de Design Fax, lettre hebdomadaire des professionnels du design, pour suivre l’actualité du secteur. A mon actif  ces dernières semaines (pour les abonnés) : les innovations de Samsung dans l’espace de travail connecté, le portrait du nouveau directeur Vision & Design d’Orange, les mésaventures du Lieu du design, au budget rogné par la région Île-de-France… Ma petite entreprise ne connaît pas la crise.