J’ai testé… l’Oculus Rift avec The View from The Shard

Même si je n’ai rien d’une geek, tous les joujoux électroniques m’intéressent. J’étais à la récente Paris Games Weekj’ai testé les Google Glass avec Yves Saint Laurent Beauté, et j’ai sauté sur l’occasion d’essayer l’Oculus Rift à l’invitation de l’agence de relations presse Interface Tourism.

IMG_0094

Rendez-vous était donné dans un bus à impériale devant l’Opéra Garnier – photo P.C.

Celle-ci travaille pour The View from The Shard, l’attraction située dans la pointe de l’immeuble The Shard à Londres, qui offre une vue à 360° sur la capitale britannique. Inauguré en février 2013, il doit encore se faire connaître face à d’autres lieux touristiques comme le London Eye (qui est génial car il bouge, mais est bien moins haut) et propose pour les vacances de février deux billets enfants gratuits pour un billet adulte acheté.

Pour relayer cette opération, l’agence avait réuni quelques journalistes et des « blogueuses mamans » par un beau dimanche ensoleillé dans un bus à plateforme. L’occasion de jouer les touristes à Paris et de découvrir une animation multimédia sur un Oculus Rift Samsung. Marie, d’Interface Tourism, nous a mis en garde sur les risques de vertige mais bien assis sur son siège et même dans un bus en mouvement on ne ressentait aucune gêne. En tournant la tête à droite, on démarrait la session, en regardant en bas, le signe Exit s’affichait comme sur une piste d’atterrissage d’hélicoptère. Dans l’intervalle, on pouvait admirer « la vue depuis le Shard » sous tous les angles, y compris derrière soi. L’immersion est totale, la perte d’équilibre certaine si l’on se tient debout, l’usage prolongé déconseillé pour les enfants.

Verdict : l’expérience d’être à la fois aveugle et plongé dans l’image est saisissante. Mais c’est clair, on n’a pas l’air très intelligent avec ce casque sur la tête!

IMG_0106IMG_0098

YSL Beauté croit aux Google Glass

Il paraît que les Google Glass ne tiennent pas leurs promesses et que le géant américain aurait renoncé à un développement grand public. En revanche, il croit à une utilisation de niche, B to B, professionnelle. Yves Saint Laurent Beauté y croit aussi, qui a préempté cette technologie pour des animations de maquillage dans les grands magasins. Après Bloomingdale’s à New York, la marque de L’Oréal les a testés au Bon Marché et va les étendre au Printemps Haussmann, au BHV et ailleurs dans le monde. C’est une nouvelle démonstration de force de L’Oréal dans les outils digitaux, après l’application Make Up Genius pour L’Oréal Paris (2 millions de téléchargements dans le monde et une arrivée sur Android à la fin de l’année). Coup de com’ ou vraie innovation, c’est ce que j’explique dans l’article du Journal du dimanche paru le 16 novembre dernier, et désormais en ligne. A suivre, une indiscrétion… Lire la suite

Love me Tinder, et alors?

tinder

France 4 diffusait lundi 17 novembre la première partie d’un documentaire sur Tinder, l’appli du moment (qui ne l’est sans doute déjà plus maintenant que tout le monde en parle). La deuxième partie est programmée le 24 novembre à 23h15 et sera visible en replay.

Love me Tinder est réalisé par deux journalistes, France Ortelli, 32 ans, et Thomas Bornot, 40 ans, eux-mêmes célibataires en quête d’amour, ou au moins « de bons moments ». Dans une forme de journalisme gonzo 2.0, le duo se met en scène dans sa découverte de l’outil, de ses usages et des nouveaux comportements de séduction qu’il génère. Rien de plus banal à l’heure où les Youtubeuses déballent leurs trousses de maquillage et leur vie privée. L’impudeur n’est plus un tabou, l’intimité plus un sanctuaire, l’image sociale et numérique se confondent, une fois ce postulat posé le documentaire est passionnant.

Tinder est apparu il y a un an dans le paysage des applications mobiles avec une petite odeur de soufre confirmée par son logo en forme de flamme. C’est un service qui annonce clairement la couleur : faire des rencontres dans son environnement proche grâce à la géolocalisation. Nul romantisme là-dessous, le but est de consommer de la relation en sélectionnant des profils. Un simple geste du pouce permet d’élire ou d’éliminer sa cible. Si deux utilisateurs se choisissent mutuellement, « it’s a match » et le contact peut s’opérer.

Première réaction : quelle horreur ! quelle vision utilitariste et consumériste des rapports humains ! Mais à bien y réfléchir, c’est toute la société qui fonctionne sur ce schéma. La fameuse génération Y dont on nous rebat les oreilles, les 18-35 ans nés avec un ordinateur dans les mains, savent que les relations sentimentales sont précaires (un mariage sur deux finit en divorce à Paris), que le monde du travail ne fait aucun cadeau (23% de chômage chez les moins de 25 ans), que le monde est instable (l’image du loup solitaire qui peut frapper à tout moment, à tout endroit envahit les médias). Plutôt que de subir des règles du jeu qu’ils n’ont pas choisies, ils les renversent à leur avantage. Pas de certitude, mais une liberté revendiquée.

Les start up internet l’ont bien compris, qui se développent sur ce créneau de la mise à disposition immédiate ou atawad (anytime, anywhere, any device) : vente-privée ou beautéprivée qui déstockent produits de beauté et articles de mode, Uber, qui propose un service alternatif aux taxis non sans polémique. Le publicitaire Eric Briones alias Darkplanneur, que j’ai interrogé pour l’article sur YSL et les Google Glass paru dans Le Journal du dimanche du 16 novembre, m’a appris l’existence de Beautified, une application typiquement Y, qui permet de réserver au dernier moment une manucure ou un brushing. Dans les médias, la journaliste « millennial » -elle est née en 1980- Marie-Catherine Beuth a imaginé l’application NOD (News on demand) qui permet de sélectionner trois informations pertinentes par jour. Comme sur Tinder, on décide de l’intérêt ou pas d’une info par un mouvement du doigt vers la droite ou vers la gauche.

Certains reprochent aux auteurs/acteurs de Love me Tinder de ne pas prendre de recul sur leur sujet, de ne pas solliciter l’éclairage d’un sociologue par exemple. Mais les sociologues ont en général un jugement moral sur ces pratiques et n’appartiennent pas à la génération concernée. Je pense qu’il faut sortir d’une posture « X » (la génération d’avant) et voir l’époque comme elle est : instable, violente, individualiste, mais aussi pleine d’énergie, d’imagination et de sentiments véritables. Quand le New York Times consacre de multiples articles aux « millennials », quand Lena Dunham définit un nouveau féminisme, les médias français restent très conservateurs sur la question, à l’exception de quelques voix différentes comme Stylist.

Je n’irai pas jusqu’à dire que Tinder est une bonne idée, mais son existence n’est pas un scandale. Etait-ce vraiment mieux du temps des Liaisons Dangereuses?

girls604-tt-width-604-height-398-bgcolor-000000images