Un an de dossiers dans Stratégies

Le clip This is America de Childish Gambino a été un grand moment de 2018

Au rythme d’environ un dossier par mois, j’ai l’occasion de traiter les sujets les plus divers dans Stratégies. Alors que 2018 tire à sa fin, le retour sur ces dizaines d’articles (et ces milliers de feuillets…) donne une image assez représentative des thèmes qui agitent la communication et les médias.

Influence et millennials. Après avoir suivi pendant des années le sujet des égéries, je m’intéresse maintenant à celui des influenceurs, ces célébrités issues de YouTube et Instagram qui peuvent vendre des palettes de produits avec un post. Exemple : Sananas, 2,4 millions d’abonnés sur YouTube, et sa collaboration avec l’opticien Krys. Pour toucher les millennials (18-35 ans) méfiants envers la publicité classique, et particulièrement dans le luxe, cette nouvelle forme de communication est d’une efficacité redoutable, mais elle a aussi ses dérives, quand elle n’est pas identifiée comme telle. Le sujet « Influenceurs, faut-il sévir? » a fait la une en mars avec Nabilla et McFly et Carlito.

Lire la suite

Mai 68 et mariage princier inspirent les marques

On récapitule : en ce mois de mai qui voit la commémoration de mai 68 (j’en ai moi-même parlé dans un numéro spécial de Design fax), de nombreuses marques font référence à la révolte étudiante. Rien d’étonnant à cela : le marketing se nourrit de l’air du temps et les anniversaires sont prétextes à profiter de l’actualité.

Sans chercher à être exhaustive, j’ai noté la campagne Chauffeur Privé qui détourne les slogans et les graphismes de l’époque en se positionnant comme l’alternative responsable à Uber (agence Les Gros Mots)

situ_3

Citroën et Jean-Charles de Castelbajac qui s’associent pour les 50 de Méhari avec une « Art Car » exclusive

CL 18.021.001

ou encore Gucci qui ressuscite l’effervescence des Beaux-Arts de Paris

http://www.leluxeestvivant.com/leblog/2018/23/2/campagne-du-jour-gucci-ressuscite-lesprit-de-mai-68?rq=gucci

L’autre actualité de la semaine, c’est le mariage du Prince Harry et de Meghan Markle samedi 19 mai qui affole les gazettes. Les hommages vont du plus kitsch avec Sodastream qui crée une Royal Edition inspirée par les couvre-chefs de la famille royale (en vente aux enchères sur royalsodastream.com au profit de la lutte contre la pollution des plages)

group shot.png

au plus extravagant avec le coffret du whisky Royal Salute à 10 000 euros (70 exemplaires dans le monde)

Capture d_écran 2018-05-04 à 16.40.21

et au carrément inattendu avec l’assiette anglaise de Charal qui lance une gamme de rôtis de boeuf à déguster froids. Opportunisme? Et pourquoi se priver? Un article du New York Times expliquait récemment que la future princesse pourrait rapporter des millions de livres sterling à l’industrie de la mode grâce à son style glamour. Chacun veut sa part du gâteau (de mariage).

IMG_6935

Géraldine Dormoy : « La Française a du style sans en avoir l’air »

Merci à Géraldine Dormoy, responsable éditoriale web de L’Express Styles, de m’avoir répondu pendant ses vacances pour le blog de Longchamp (lire l’interview ici).

Geraldine-dormoy-credit-benjamin-turquier-1000

Avec ce blog lancé fin 2013, la marque de maroquinerie souhaite créer un véritable magazine lifestyle en ligne, mêlant mode, culture, voyage, et bien sûr quelques nouveautés produits, sans excès. La rubrique Mes rencontres donne la parole à des femmes actives et créatives qui s’expriment sur leur actualité et sur leur vision de l’élégance. Au fil des mois, l’écrivaine Tatiana de Rosnay, la fondatrice de Caudalie Mathilde Thomas, la designer Ionna Vautrin, la chef pâtissier Crystelle Brua se sont prêtées au jeu de l’interview, offrant un beau panel de femmes contemporaines. J’ai eu la chance d’interviewer la chef du Raphaël Amandine Chaignot pour ses conseils de repas de fête et Géraldine Dormoy de L’Express Styles pour son bilan des Fashion Weeks. Une autre rencontre est dans la boîte avec une des chefs d’entreprise françaises les plus en vue. Je pense important de mettre en avant ces « role models », à la manière de Sheryl Sandberg, la numéro deux de Facebook, qui milite pour l’ambition des femmes.

Survivre à son géni(e)teur

Après le retrait d’Yves Saint Laurent de sa maison de couture, cet article paru dans Stratégies montre comment les marques continuent leur route malgré l’absence des créateurs qui leur a donné leur nom. Avec les exemples de Chanel, Dior, Givenchy, Versace, et l’indispensable analyse de Jean-Noël Kapferer.

Survivre à son géni(e)teur

YSL_PARIS5