Une bonne idée par jour : acheter français

soutenonsnosentreprise.fr, un site pour favoriser l’achat français

La crise sanitaire mondiale que nous traversons repose la question de la relocalisation des industries. On l’a vu sur les masques et les tests, la délégation de certaines fabrications à d’autres pays a fait perdre du temps à la France dans la lutte contre l’épidémie. Pendant le confinement, les distributeurs s’engagent à privilégier les produits agricoles français, ce qui garantit des débouchés à des cultures qui doivent être récoltées.

Afin de soutenir les entreprises françaises, l’appellation Origine France Garantie et la plateforme de financement participatif Tudigo lancent une opération solidaire en trois volets : acheter français, prêter de l’argent à des TPE et PME, donner à une cagnotte. Le site soutenonsnosentreprises.fr recense toutes les initiatives à défendre. Encore une fois, c’est le consommateur qui a le pouvoir en choisissant les achats qui ont du sens : le dernier smartphone à la mode fabriqué dans des conditions sociales et environnementales déplorables qu’il changera dans un an, ou une production locale d’alimentaire ou de cosmétiques qui font vivre des salariés à côté de chez lui? Difficile d’arguer que le made in France coûte cher quand on dépense sans rechigner des dizaines d’euros par mois en abonnements à internet et à des plateformes de streaming (souvent américaines). Tout est question d’arbitrage et du coût réel de ce que nous achetons.

Cela fait des années que j’écris sur le « made in France », principalement dans Le Journal du dimanche. Je me tue à dire qu’acheter français n’est pas un mot d’ordre nationaliste mais une garantie de créations d’emplois et de cohésion sociale. La France est allée trop loin dans la destruction d’emplois industriels et a toutes les peines aujourd’hui à retrouver des savoir-faire dans le textile notamment. J’espère que cette crise remettra en cause une mondialisation excessive, même s’il y a fort à parier que la Chine fera pression pour que l’on continue d’acheter ses produits. Une consommation plus locale, plus raisonnée, dans tous les pays, peut cependant assurer une mondialisation plus responsable et moins coûteuse pour l’environnement.

La France déprime, l’Ecosse avance

Glasgow a accueilli cet été les Jeux du Commonwealth, un événement positif et réussi

Glasgow a accueilli cet été les Jeux du Commonwealth, un événement positif et réussi pour la première ville écossaise – photo P.C.

Pendant que la France n’arrive plus à se projeter dans l’avenir, un petit pays d’Europe s’apprête à prendre une décision historique pour son destin. J’en parlais déjà ici, l’Ecosse votera le 18 septembre par référendum sur son maintien ou non dans le Royaume-Uni. Et comme je le disais il y a deux mois, les positions se radicalisent alors que le scrutin se rapproche. D’après la plupart des commentateurs, Alex Salmond, le premier ministre écossais et fer de lance du oui à l’indépendance, a remporté le deuxième débat télévisé qui l’opposait cette semaine à Alistair Darling, député travailliste et porte-parole des partisans du non (chapeau au Monde qui suit de près le sujet depuis plusieurs semaines). Cela suffira-t-il à faire basculer les 13% d’indécis?

Pour en parler régulièrement avec mes amis écossais, la décision est tellement personnelle et lourde de conséquences (contrairement à la consultation en Catalogne, le vote écossais est contraignant pour le gouvernement britannique) qu’elle ne peut reposer seulement sur les arguments d’un professionnel de la politique. En l’occurrence, Alex Salmond est incontestablement sincère et passionné par sa patrie, mais c’est aussi un politicien roublard qui n’est pas exempt d’ambition personnelle. La société écossaise a suffisamment de maturité pour exprimer un choix réfléchi sans se laisser manipuler par de la propagande, d’où qu’elle vienne (on n’est pas en Crimée non plus).

C’est un véritable exercice démocratique grandeur nature qui a lieu sous nos yeux et encore une fois, face à une France en plein doute existentiel, cette petite nation de 5 millions d’habitants fait preuve d’une vitalité rafraîchissante. Il y aurait beaucoup à dire sur les petits pays qui mettent en oeuvre à leur niveau l’adage « Think global, act local » : le Danemark, censé être le pays le plus heureux du monde, la Norvège, qui fait fructifier la manne pétrolière au profit d’une société égalitaire, l’Islande, qui a refusé de rembourser sa dette étrangère. Ces exemples scandinaves qui font briller les yeux des indépendantistes écossais ont aussi leurs limites : n’y a-t-il pas de l’égoïsme à se replier sur son confort, à l’écart de l’Union européenne et de l’euro? n’y a-t-il pas une illusion à se croire protégé des tumultes du monde, comme l’a montré l’irruption de violence d’Anders Breivik? Après trois siècles au sein du Royaume-Uni, l’Ecosse devrait être immunisée contre cet aveuglement. Lire la suite