Tout savoir sur le marché français du parfum

IMG_6834

À l’occasion des Fifi Awards, les prix de la Fragrance Foundation France, l’association qui promeut la parfumerie française, le magazine professionnel BW Confidential m’a confié un dossier sur l’état des lieux des ventes de parfums dans l’Hexagone. Autant le dire, elles ne sont pas florissantes, les consommateurs se détournant d’année en année de cette catégorie de produits. Plusieurs raisons à cela : la concurrence des smartphones et autres joujoux électroniques qui grèvent les budgets, la « génération selfie » qui préfère un maquillage qui se voit à un parfum évanescent, la mauvaise adéquation de la distribution aux comportements des acheteurs…

Pour ce sujet, j’ai interrogé des dirigeant.e.s de l’industrie, de Chanel à Shiseido en passant par Coty, Puig et NPD, l’institut qui mesure les ventes en sélectif (parfumeries et grands magasins). Ils m’ont livré leur vision du marché et leurs idées pour stimuler les ventes, aux côtés des experts Pierre Bisseuil de Peclers Paris, Sylvie Polette, ex-parfums Jean Paul Gaultier, et Anaïs Dupuy de Kantar Worldpanel. Un gros travail d’enquête qui suppose de contacter des dizaines d’interlocuteurs et de trouver des chiffres jalousement gardés par les panélistes. Ce dossier ainsi que le compte-rendu des prix a été publié dans un numéro spécial de BW Confidential diffusé lors de la soirée des Fifi Awards, le 11 avril, salle Wagram à Paris.

A retrouver ici le dossier réalisé pour les Fifi Awards 2017 avec le retour sur les 25 dernières années du parfum et le numéro spécial sur les Achiever Awards du CEW France (association caritative et réseau professionnel).

Publicités

Calendriers de l’Avent, le compte à rebours a commencé

On connaissait les calendriers de l’Avent Kinder, mais aujourd’hui les petites fenêtres à ouvrir avant Noël sont devenues un véritable business destiné aux adultes. Les calendriers à la bière s’affichent en 4×3 dans le métro, les parfumeries distillent leurs produits de maquillage pendant 24 jours, les thés Damman, les boulangeries Paul, les bougies Rituals s’y sont mis. On trouve même des calendriers de l’Avent pour animaux avec croquettes incluses…

J’explique ce phénomène encouragé par les réseau sociaux (eh oui, ouvrir les petites fenêtres tous les jours sur Instagram, ça anime sa communauté) dans le Journal du dimanche du 19 novembre.