Qui veut les fesses de Kim Kardashian?

kim-kardashian-has-fixed-that-viral-instagram-post-that-the-fda-demanded-she-take-down

Sans être le moins du monde fascinée par la fratrie Kardashian que je considère d’une vacuité effarante, je ne peux que constater leur omniprésence médiatique. A ce titre, je m’intéresse au phénomène sous l’angle du business. Les soeurs aux prénoms en K, cornaquées par une mère chef de clan, sont une machine de guerre économique avec des investissements dans les cosmétiques, un jeu sur mobile, divers contrats publicitaires et une émission de télé-réalité dédiée, Keeping up with the Kardashians. Pour avoir suivi un quart d’heure d’un épisode (plus, c’est une forme de torture), j’ai pu suivre les rendez-vous d’affaires de Kim pour le lancement de son application mobile, où les soeurs veillent au grain pour avoir leur part du gâteau. Le même épisode dévoilait le psychodrame de l’interview de Caitlyn (ex-Bruce) Jenner dans Vanity Fair et le rôle joué par l’épouse de Kanye West pour réconcilier la famille. Avec force montage et plusieurs arcs narratifs, la série mêle réalité et fiction et l’on se demande ce qui peut bien motiver ces jeunes filles à se laisser filmer dans leur vie privée à part l’appât du gain.

Toujours est-il que Kim et ses soeurs sont des modèles de beauté pour de nombreuses femmes qui veulent adopter leurs cheveux, leurs sourcils, leur maquillage et même leurs fesses. C’est cette tendance que je décris dans un article du Journal du dimanche paru le 24 avril.

Qui n’a pas son coussin de peau?

IMG_0648

C’est l’année de la cushion cream (littéralement la crème coussin). J’ai découvert pour la première fois ces fonds de teint imbibés dans une éponge l’année dernière, quand Lancôme a lancé son Miracle Cushion à 45 euros (photo). Les beautistas émérites connaissaient déjà ce geste de beauté des Coréennes et commandaient leurs produits directement sur le site des marques Iope ou Etude House. Mais en 2016 en France, toutes les marques s’y mettent, et à tous les prix : Kiko, Yves Rocher, Sephora, L’Oréal Paris. Yves Saint Laurent arrivera en septembre avec un boîtier noir et doré, très chic à glisser dans sa minaudière pour aller danser, comme l’égérie Cara Delevingne.

J’explique ce phénomène dans Le Journal du dimanche du 28 février.

IMG_0625

Un peu de couleur dans l’hiver

IMG_0590

Le Joli baume de Clarins, back by popular demand

Froid, vent, grisaille, pollution, l’hiver à Paris est une épreuve. C’est pourquoi je sais gré aux marques de cosmétiques de nous offrir des bulles de bonne humeur lors de leurs présentations maquillage d’été. Les cosmétiques, c’est le petit accessoire futile qui apporte un peu de plaisir dans la vie. C’est aussi un secteur économique. Parmi les informations que j’ai glanées récemment lors des conférences de presse (reprises pour certaines par Challenges) :

-Le fond de teint Nude Magique Cushion est devenu la première référence maquillage de L’Oréal Paris en Asie.

-Givenchy a doublé son chiffre d’affaires maquillage en cinq ans dans le monde, principalement grâce au rouge à lèvres Le Rouge et au Prisme Libre, numéro un des poudres libres en Chine.

-Le Joli baume de Clarins (photo ci-dessus) a été le premier soin des lèvres vendu en sélectif en 2015. Censé rester une édition limitée, il entre au catalogue en 2016.

IMG_0597

Ceci n’est pas un gloss

A part ça on peut continuer à se lamenter sur la France qui tombe. On peut aussi célébrer le maquillage pour ce qu’il est, un univers coloré et créatif. Après avoir conquis les ongles, la couleur arrive sur les cils. Dior et Chanel ont ouvert la voie, Yves Saint Laurent va plus loin avec un mascara présenté dans un tube transparent comme un gloss, révélant des teintes flashy : fuchsia, bleu, vert, or… Des couleurs très Saint Laurent à déposer sur la pointe des cils ou en couche généreuse pour un regard en Technicolor.

Je ne sais pas où va Yves Saint Laurent, mais la licence beauté de L’Oréal Luxe se positionne de plus en plus comme la marque des party girls avec ses égéries Cara Delevingne en maquillage et Edie Campbell en parfum. Un virage très junior assez éloigné de la femme fatale fantasmée par M. Saint Laurent qui passe aussi par quelques produits iconiques comme le pinceau Touche Eclat, le mascara Volume effet faux cils ou le vernis à lèvres Rouge Pur Couture.

Photos P.C.

Le contouring, l’atelier sculpture du teint

« Merci les Kardashian ». D’après L’Oréal Paris, les produits de contouring, qui permettent de sculpter le visage à la façon de la fratrie américaine, ont représenté 45% des ventes de maquillage pour le teint en 2015. Personnellement, le fait de redessiner le contour de son visage à grands coups de pinceau me semble une activité fort fastidieuse, mais le pouvoir de prescription de Kim et ses soeurs est si fort que des cheveux aux sourcils en passant par le grain de peau, toute « beautista » digne de ce nom veut leur ressembler.

FullSizeRender

Déjà présent chez Sephora et consorts, le contouring arrive en supermarchés – photo P.C.

Ce phénomène venu des Etats-Unis arrive en France et L’Oréal Paris lance ce mois-ci sa propre gamme de contouring, Infaillible Sculpt, comprenant un fond de teint, une palette pour ombrer et illuminer là où il faut et un trio de blush. Sans oublier une brume fixatrice pour que « l’oeuvre » tienne toute la journée.

Si je passe mon tour pour le teint, je suis assez fan de la gamme pour les lèvres Infaillible Matte Max, certes au rendu mat donc sec, mais très facile à appliquer et qui tient. De quoi oser porter du rouge sans craindre la bavure.

Les prix vont de 12,90 euros les fards à lèvres à 15,90 euros le fond de teint, un maximum pour de la grande distribution. On est une émule de Kim Kardashian ou on ne l’est pas.

La Corée dicte ses codes à la beauté mondiale

Loreal Paris Loreal Beauty Advertising MakeUp SOOJOO  Lip Lash Shinetr

L’arrivée du mannequin américain d’origine coréenne Soo-Joo Park dans l’équipe des égéries L’Oréal Paris le confirme : la Corée est à l’avant-garde des tendances de beauté internationales. Je parle évidemment de la Corée du Sud. Encore que, de la BD Pyongyang de Guy Delisle à la censure du film L’interview qui tue, la Corée du Nord fascine aussi la pop culture. Mais on reste assez peu informés sur les secrets de beauté des Coréennes du Nord.

Bref, le pays du Gangnam Style est bien au centre des lancements de produits cosmétiques récents. Miracle Cushion, le dernier maquillage « miracle » de Lancôme, entend diffuser un geste de maquillage populaire à Séoul : un fond de teint imbibé dans une éponge, que l’on dépose sur le visage avec un applicateur. L’effet est frais, la couvrance légère mais suffisante pour masquer les pores et les petites imperfections. Côté hygiène, pas de problème particulier, le coussin est protégé par un clapet hermétique et l’applicateur se lave simplement au savon. Le seul point faible a priori est la durée d’utilisation, qui semble plutôt chiche en cas d’utilisation quotidienne vu la quantité de produit (14 g) et le prix (45 euros). Pour moi, il s’agit plutôt d’un produit d’appoint nomade, adapté aux envies de maquillage léger ou de retouches en cours de journée.

LANCOME_MIRACLE_CUSHION_-_PACKSHOT_INTER_COLOUR_RANGE_

A suivre, le layering, le konjac et le made in Korea à toutes les sauces. Lire la suite

Blur, le grand bluff ?

20140210_121502

Après les BB creams, les CC creams, les flouteurs, les primers, les bases de teint, l’industrie cosmétique s’entiche d’une nouvelle expression fourre-tout qui sonne bien : le « blur ». Si Blurred Lines de Robin Thicke a rythmé la bande-son de 2013 (en alternance avec Get Lucky de Daft Punk), en cosmétique aussi, les frontières entre maquillage et soin sont floues et la confusion se diffuse sur les pores du visage. Lire la suite