James Heeley, an Englishman in Paris

Exif_JPEG_PICTURE

Un jeune homme du Yorkshire – photo DR

James Heeley est un dandy anglais, élégant et bien élevé. Mais la « stiff upper lip » de façade cache un tempérament passionné qui l’a fait passer d’une carrière toute tracée d’avocat à une vocation d’artiste. Design, parfum, ce touche-à-tout autodidacte a débuté en dessinant des vases pour le fleuriste Christian Tortu qui lui a fait rencontrer Annick Goutal et l’a mené aux compositions odorantes. Si ses études de droit lui ont appris la rationalité nécessaire à la création d’entreprise, « j’avais envie de faire quelque chose de créatif » confie le jeune homme dans son bureau du passage du Désir, près de la gare de l’Est à Paris.

Distribuée d’abord chez Colette, sa marque est présente en Allemagne, en Italie et dans des parfumeries indépendantes françaises comme Jovoy et Nose… mais pas encore à Londres, où l’accès aux grands magasins est difficile. Cela devrait changer grâce à un distributeur local.

IMG_0266

Chypre 21, un hommage à un Paris nostalgique – photo P.C.

Son nouveau parfum, après une vingtaine de créations en dix ans, est un chypre, hommage aux premiers parfums modernes signés Coty et Guerlain. Chypre 21, comme XXIe siècle, reprend les ingrédients emblématiques de cette famille olfactive, bergamote, rose, patchouli, mousse de chêne, dans un traitement frais et transparent. Le safran, dénué d’allergènes comme la mousse de chêne pour répondre à la réglementation actuelle, apporte une touche orientale.

« Pour moi, le chypre évoque le chic parisien du 16e arrondissement. J’ai pensé à un glamour rétro, incarné par Grace Kelly ou Elizabeth Taylor. Le chic, ce sont les bonnes manières, le respect des autres, ce qui rend la vie plus agréable. Je suis un peu nostalgique et romantique », reconnaît-il. Dans son quartier hipster du 10e arrondissement, son hommage à Paris résonne joliment comme une passerelle entre les cultures et les générations.

Publicités

Trois parfums : Blanc

Quoi de neuf dans les parfumeries? Non, je ne parlerai pas de Sauvage de Dior ni du parfum de Zlatan Ibrahimovic (ça viendra). Les préparatifs des fêtes de fin d’année ont déjà commencé et si Bing Crosby rêvait d’un Noël blanc, les amateurs vont pouvoir se régaler de parfums couleur de flocon.

Il ne s’agit pas à proprement parler d’une nouveauté puisque l’on connaît déjà Blanc de Courrèges, l’Eau de Lacoste L.12.12 fraîche comme un polo de tennisman et surtout White Musk de The Body Shop qui évoque irrésistiblement l’odeur de draps propres. Mais trois nouveautés sorties cette année donnent une nouvelle interprétation de la teinte virginale.

NR-NARCISO-EAU-DE-PARFUM-PACK-WHITE-BACKGROUND

La plus convaincante est l’eau de parfum Narciso de Narciso Rodriguez qui se présente dans un flacon laqué de blanc à l’intérieur, une prouesse du verrier SGD. La couleur opaque et la forme cubique du flacon font écho au sillage boisé de la composition d’Aurélien Guichard (vétiver, cèdre blanc, cèdre noir), pour créer un parfum affirmé, certainement pas une bluette pour jeunes filles. Je ne suis pas fanatique des muscs sensuels crémeux mais c’est la signature olfactive de Narciso Rodriguez, à prendre ou à laisser.

Patchouli Blanc 100ml cote

Patchouli de Réminiscence est un classique infatigable, très marqué par les années 70 mais qui garde une base de fans et résiste aux mastodontes du marché sans budget publicitaire. La marque en propose une version blanche signée Fabrice Pellegrin, plus lumineuse, moins sombre, moins hippie en somme! La sortie en octobre arrive à point nommé pour Noël, dans un étui blanc élégant.

image004

L’Eau en blanc édition perles de Lolita Lempicka date déjà du printemps dernier, en pleine saison des mariages et sa composition poudrée évoque autant la meringue de la mariée que les dragées distribuées aux invités. C’est l’excellente Annick Menardo qui l’a créée, donc on s’incline. A noter qu’il s’agit à chaque fois de parfumeurs Firmenich, un hasard sans doute.

Au final, le blanc a bien des traductions en parfumerie et n’a pas que des connotations de pureté. Et pour vous, le blanc, ça sent quoi?