Supplément Digital de Stratégies

Le supplément Digital de Stratégies est paru le 22 avril en version digitale. Logique me direz-vous mais en raison du confinement le magazine de la communication ne paraît pas en version papier et fournit son contenu en accès libre sur internet. La plupart des lecteurs sont en télétravail et les sources de revenus (publicité, grands prix) sont à l’arrêt, il a donc été décidé de se passer de l’impression et de sortir toutes les deux semaines (au lieu d’une fréquence hebdomadaire).

Dans ce supplément consacré à l’économie numérique, je signe l’interview de la présidente de l’Autorité de la Concurrence Isabelle Da Silva. Un entretien bouclé avant la crise sanitaire qui explicite le travail de cette autorité administrative indépendante pour réguler le marché du digital marqué par le poids des Gafas et le RGPD (réglementation européenne sur les données personnelles).

Photo Thomas Gogny pour Stratégies

Au sommaire de ce numéro spécial, je signe aussi un article sur le ciblage publicitaire sans cookie et une analyse du phénomène Tik Tok et son influenceuse en chef Léa Élui. La version feuilletable est à consulter sur ce lien.

Une bonne idée par jour : les webinars

Mon quotidien de journaliste est fait de conférences de presse et de rencontres informelles pour nourrir des enquêtes ou préparer de futurs sujets. À l’heure du télétravail forcé, il est possible de se former et s’informer à distance grâce aux webinars ou visio-conférences. Ces derniers jours, j’ai suivi la présentation de Kantar sur la consommation des Français, une initiation au motion design par l’organisme Samsa, je ne suis inscrite à des conférences d’experts sur la cybersécurité, le commerce et les marques. Chacun peut trouver les thèmes qui l’intéressent pour rester connecté à son activité. Peut-être que cela va rester une nouvelle habitude de travail si les règles de distanciation sociale perdurent plusieurs mois.

Une web conférence de CybelAngel, Forrester et CNP Assurances sur la cybersécurité et le télétravail

Une bonne idée par jour : prendre des nouvelles

Il semble évident qu’il faut prendre des nouvelles de ses proches pendant le confinement mais avec le temps qui passe les personnalités de chacun vont s’exacerber. Ceux (1) qui ont démarré au quart de tour avec plein d’idées d’activités vont s’essouffler, ceux qui ont tout misé sur le télétravail vont découvrir les limites à rester tout le temps chez soi, ceux qui rencontraient déjà des difficultés personnelles vont se retrouver seuls avec leurs fragilités, ceux qui en ont rencontré dans le passé vont voir leurs angoisses réactivées… Sale temps pour les anxieux, les obsessionnels du contrôle qui doivent apprendre à lâcher prise, les coeurs solitaires, et tant d’autres.

Les réseaux dits sociaux n’aident pas à aller mieux quand on y lit des messages anxiogènes, des ruminations toxiques, des coups de gueule souvent légitimes mais consommateurs d’énergie. Il faut en être conscient, les exemples chinois et italiens nous le prouvent : c’est parti pour durer. Même si 30 ou 45 jours sont finalement peu de temps dans une vie, c’est long quand les projets sont en suspens, quand on craint pour son emploi, quand on est confiné dans un petit espace (tout le monde n’a pas un point de chute à la campagne, n’est-ce pas Marie Darrieussecq?).

Les personnels soignants et tous ceux qui doivent assurer la continuité de l’activité n’ont pas ces préoccupations, ils sont sur le front. Nous sommes l’arrière, et à ce titre, nous devons assurer le moral des troupes et aider les plus fragiles à tenir le coup. Car plus on craque, plus on risque de se mettre en danger et de repousser le déclin de l’épidémie. Alors on s’appelle, on se raconte nos vies entre quatre murs, on s’échange des bons conseils, on rigole en pensant aux bons coups qu’on boira quand ce sera fini, on coupe court aux pensées négatives (encore que le rire mauvais, c’est cathartique, n’est-ce pas Marie Darrieussecq?). On masque les comptes Twitter et Facebook trop anxiogènes ou indécents (« le confinement c’est trop cool dans ma maison de campagne ») mais on ne se déconnecte pas complètement car cela permet aussi de garder le lien. On applaudit les soignants à 20h car tous disent que ça leur fait chaud au coeur. Bref, pour paraphraser un fameux titre de journal, faites ce que vous voulez mais lavez-vous les mains et entraidez-vous pour tenir le coup.

(1) tant pis pour l’écriture inclusive!

Une bonne idée par jour : cookies de confinement

2A8AF923-CF87-4D1A-8995-00C551453AF0 (1)

Puisqu’il va falloir s’occuper pendant la longue marche (1) du confinement qui nous attend, puisque j’ai déjà l’habitude de travailler chez moi et que l’écriture est mon métier, puisque mon blog s’appelle « Une bonne idée par jour », je m’en vais poster chaque jour une activité utile, ludique, distrayante. Ou alors complètement inutile et loufoque, on verra bien jusqu’où la distanciation sociale va nous mener. La Chine et l’Italie ont de l’avance sur nous et ils ne s’en tirent pas si mal. Restons calmes et lavons-vous les mains.

Aujourd’hui atelier de fabrication de cookies au chocolat. Aux mauvaises langues qui persiflent déjà que l’on va finir le confinement avec 20 kilos de plus, je précise que je cohabite avec deux ados en pleine croissance qui mangent comme quatre. J’ai l’habitude de cuisiner donc d’avoir des ingrédients d’avance chez moi, et comme il faut éviter de sortir tous les jours au ravitaillement, on est parés pour une semaine.

Sur l’application Marmiton, j’ai trouvé la recette des cookies au chocolat d’Emilie qui est très simple :

125 g de beurre

3 cuillères à soupe de sucre en poudre

3 cuillères à soupe de sucre roux

1 oeuf

1 sachet de sucre vanillé

1 pincée de sel

125g de chocolat noir

1 sachet de levure chimique

150g de farine

Faire fondre le beurre. Y ajouter les différents sucres et le sucre vanillé (personnellement je n’ai que du sucre de canne et ça convient très bien)

Ajouter l’oeuf battu puis petit à petit la farine, la levure et le sel. Continuer de mélanger en versant les pépites de chocolat.

Placer sur une plaque une feuille de papier sulfurisé (je n’en ai pas, je passe au zéro déchet, huiler et fariner la plaque suffisent), y disposer des petits tas de pâte tous les 10 cm (la pâte étant assez ferme, il faut les aplatir avec une cuillère ou à la main => on se lave les mains!)

Faire cuire au four pendant 10 minutes, pas plus, à 180°/thermostat 6 (c’est très important, les cookies seront ainsi bien moelleux car ils durcissent en refroidissant).

Bon appétit et restez chez vous autant que possible 🍪🙏

(1) expression préférée à course de fond sur la suggestion d’une amie car il faut ménager sa monture

(2) ça y est, Marmiton a créé une rubrique spécial confinement avec plein d’idées pour cuisiner les ingrédients longue conservation et éviter le gaspillage