Le succès certain de l’intestin

intestin

Le charme discret de l’intestin de Giulia Enders traduit chez Actes Sud est un succès de librairie mérité. Avec son style léger sans vulgarité et les illustrations pleines d’humour de sa soeur Jill, l’auteure allemande réussit à nous intéresser au fonctionnement de nos organes digestifs dont on apprend qu’ils ont un effet sur notre peau, nos émotions et même notre état mental en général. L’intestin, notre deuxième cerveau (du nom d’un autre bouquin paru chez Marabout)? L’expression est jolie et fait référence aux millions de neurones qui peuplent nos entrailles et induisent une intelligence du ventre cohabitant avec celle du cerveau.

Dans un pays aussi cérébral que la France, il n’est pas inutile de reprendre conscience que nous avons un corps et que notre mental est affecté par ce que nous ingérons. Avec Le charme discret de l’intestin, le mot microbiote est devenu familier et la mode du sans gluten a été validée par les démonstrations de Giulia Enders, qui explique que les protéines de blé endommagent les parois de l’intestin, le rendant poreux aux infections (je résume).

L’occasion était trop belle pour les acteurs du bien-être de surfer sur cette improbable tendance. Pour Pharmacien Manager, j’ai interviewé Estelle Odet, chef de groupe de la marque de compléments alimentaires Bion 3, dont la dernière campagne fait une référence implicite au best-seller allemand. Si l’on pense généralement que les troubles de l’humeur doivent être traités en agissant sur le cerveau, l’idée que tout part du ventre est la nouvelle norme. Désormais pour avoir de l’énergie, vivre ses passions, se donner à fond, il faut prendre soin de sa flore intestinale.

image007 (1)

Les thalassos se sont mises au diapason avec des cures ciblées tel le programme « mieux-être par le ventre » de Thalazur Ouistreham. Celui-ci comprend un yoga du ventre qui promet de soulager le mal-être grâce à des postures et des techniques de respiration (du yoga, quoi). Le spa Six Senses de Courchevel propose un bar à jus « destinés à nourrir les bonnes bactéries de l’intestin ». Quant au spa Cinq Mondes Paris Opéra, il a mis à son menu un soin-massage détox spécial ventre inspiré de la médecine indienne.

Un bon filon, le côlon? Peut-être, mais il n’y a pas de mal à se faire du bien et parfois la meilleure façon d’être mieux avec soi-même et avec les autres est de commencer par se regarder le nombril.

Publicités

J’ai testé… la cure minceur à Thalazur Cabourg

img_3040

La piscine d’eau de mer de Thalazur Cabourg au petit matin – photos P.C.

Les Thermalies, le salon de la thalassothérapie, se tient du 19 au 22 janvier à Paris et du 3 au 5 février à Lyon. Cette année encore, ce sera l’occasion pour les professionnels de se féliciter d’une activité qui ne connaît pas la crise (+7% de croissance depuis trois ans) et pour les futurs curistes de réserver leurs séjours. La minceur, grand classique de la thalasso, figurera en bonne place dans les demandes, surtout en période d’après-fête.

Grâce à l’agence de relations presse Obraz, j’ai eu la chance de pouvoir tester en fin d’année dernière les dernières techniques minceur de Thalazur Cabourg en Normandie. L’établissement rénové récemment sur l’emplacement d’un ancien camping a fait de la perte de poids sa spécialité, avec notamment l’introduction de la cryothérapie.

img_1067

Jusqu’ici tout va bien (à Thalazur Arcachon)

J’ai déjà expérimenté cette technique qui a fait ses preuves pour la récupération des sportifs à Thalazur Arcachon en juin dernier et je n’avais pas franchement été emballée. La séance de 3 minutes maximum consiste à se glisser en maillot de bain dans une cabine, qui se remplit progressivement d’un gaz descendant jusqu’à -150°… Très sensible au froid, j’ai eu du mal à aller au bout, mais j’ai mis mon malaise sur le compte d’une trop grande proximité avec le petit-déjeuner. J’étais prête à retenter le défi à Cabourg, mais l’impression s’est avérée toujours aussi désagréable. Autant je comprends la motivation pour soulager des douleurs musculaires ou rhumatismales (la cryothérapie a aussi prouvé ses effets sur les malades de sclérose en plaques), autant dans le cadre d’une thalasso qui est quand même faite pour se relaxer je trouve la technique un peu rude. Même si je dois admettre un effet sur la fermeté de la peau et sur l’énergie : ça réveille!

D’une façon générale, une thalasso minceur n’est pas une partie de plaisir. C’est le prix à payer pour faire la chasse au capitons. iPulse 5.1 de Thalgo est une méthode qui utilise l’électrostimulation par des microcourants électriques pour déstocker les graisses. Les électrodes sont placées aux endroits stratégiques (intérieur et extérieur des cuisses, ventre, hanches…) et envoient des ondes à intervalles réguliers. Au début, l’impression est étrange, comme des chatouilles très intenses, mais on s’habitue après quelques minutes. J’ai même piqué un somme pendant la séance! À renouveler pour une efficacité de long terme.

Plus costaud, le modelage minceur fermeté est réalisé par une esthéticienne qui pince littéralement les cellules graisseuses sous ses doigts selon la technique du palper-rouler. C’est douloureux, loin d’un modelage relaxant (aucune chance de faire la sieste!) mais c’est aussi un moment d’échange avec la praticienne. Avec de l’humour et du lâcher prise, on peut même trouver ça sympathique!

J’ai eu plus de mal avec le défi minceur fermeté, un soin qui fait précéder le modelage manuel par la pose d’une crème amincissante Thalgo. On est enveloppée dans un film plastique comme dans une paillote le temps que le produit agisse. L’esthéticienne m’avait prévenue : ça chauffe. Personnellement, l’impression de brûlure était tellement forte que j’ai dû me rincer avant la fin du temps de pause. Le modelage est actif, puisque l’on est priée de contracter ses muscles pendant la procédure. Clairement un soin qui ne m’a pas « emballée »!

img_3038

Difficile d’imaginer un cadre plus reposant. Mais les soins ne le sont pas!

La cure minceur Thalazur passe aussi par des séances d’aquabiking et d’aquajumping dans la piscine à l’eau de mer qui favorisent le renforcement musculaire et surtout par une consultation diététique pour le coup passionnante. La diététicienne Marion Aubert m’a interrogée sur mes habitudes alimentaires et m’a donné des recommandations sur lesquelles j’étais déjà sensibilisée, comme la réduction du gluten et du lait de vache. Sans être une forcenée du « sans », je suis une adepte des lentilles et des laits végétaux et j’essaie de réduire au maximum l’alimentation industrielle. Le plus difficile est de renoncer aux carrés de chocolat et aux biscuits même bio de l’après-midi qui sont redoutables pour la ligne. La carte du restaurant concoctée par le chef Cédric Launay met l’accent sur les produits locaux et de saison avec une offre sans gluten, protéines animales et lactose.

Au final, la cure minceur dont j’ai eu un aperçu de trois jours n’est pas de tout repos avec des soins assez toniques voire douloureux mais elle peut aider à « reprogrammer » son corps pour prendre de bonnes habitudes. Si l’impression de séjourner dans une bulle se fait trop forte, rien n’empêche de faire longue balade vivifiante sur la plage ou de louer un vélo à l’accueil pour s’aérer. Merci encore à Régis Chèze et son équipe pour leur hospitalité. À deux heures de Paris, la destination est idéale pour soulager le stress des citadins surmenés.

img_3035

Pas mal pour un mois de novembre

La thalasso, remède anti-déprime

Thermes Malo_Façade_VALIENNE-2

Les Thermes Marins de Saint-Malo, une valeur sûre qui fait toujours le plein – photo DR

Qui aurait cru que l’on pouvait sonder l’état d’esprit d’un pays au salon des Thermalies, le rendez-vous des professionnels du thermalisme et de la thalassothérapie? En discutant avec les exposants, en janvier au Carrousel du Louvre, j’ai pourtant recueilli des témoignages concordants : à la suite des attentats de 2015, les Français ont cherché du réconfort dans les cures et les massages. « La semaine de Noël a fait le plein », m’a confié Jean-Luc Pleuvry, de Thalazur. « Les attentats ont provoqué une prise de conscience, selon Marie Perez Siscar, présidente de Thalacap Catalogne. La vie est trop courte, il faut prendre soin de soi. » Un phénomène qui a surtout profité aux établissements français car à l’inverse, le stand de la Tunisie semblait bien vide. Le pays qui promettait du soleil bon marché toute l’année a subi de plein fouet les événements internationaux.

Les cadres au bord du burn-out se précipitent sur les séjours de relaxation, les mères partent en duo avec leur fille ado, l’hypnose, la méditation en pleine conscience, le sans gluten, la cryothérapie font leur entrée dans les programmes de soin. J’explique cette tendance, chiffres à l’appui, avec une sélection de cinq thalassos, dans Challenges du 3 mars. L’article est à retrouver ici.

J’ai testé… le spa Aquatonic à Nantes

Les Thermes Marins de Saint-Malo sont une référence de la thalasso haut de gamme, réputés pour leurs cures post-natales. Le fondateur Serge Raulic a créé un empire familial 100% indépendant, avec un sens de l’entrepreneuriat tel qu’il a créé une activité blanchisserie autonome pour traiter les monceaux de linge de ses différents établissements. Le groupe compte également un restaurant gastronomique, une ligne de cosmétiques et une déclinaison urbaine de son parcours exclusif Aquatonic en bassin d’eau de mer. Rénové en septembre 2015, l’Aquatonic de Saint-Malo a fait des petits à Rennes, Val d’Europe et, depuis quelques mois, à Nantes (sans compter les sites à l’étranger).

IMG_0039

Plafond en rotin et motif de nid d’abeille sont répétés sur les trois niveaux

IMG_0042

Un nuage vaporeux surmonte l’accueil du spa

Celui-ci est le premier situé en plein centre-ville, dans une ancienne caserne réhabilitée par le cabinet d’architecture Enet Dolowy, le Carré Lafayette. Dans ce bâtiment classé, le centre de bien-être occupe 1700 m2 sur trois niveaux avec salle de fitness, cabines de soin visage et corps et le fameux bassin où l’on bénéficie de jets massants, d’un jacuzzi, d’un parcours à contre-courant… Sans oublier le sauna et le hammam pour détoxifier l’organisme, à alterner avec une douche d’eau froide à la façon des Scandinaves.

IMG_0041IMG_0035IMG_0034IMG_0038

J’ai eu la chance de tester l’établissement flambant neuf au décor apaisant (motif de nid d’abeille répété de l’entrée au carrelage des cabines, plafond en rotin, espace relaxation en fauteuils-nacelles…). J’avais déjà pu apprécier les protocoles de soin et le parcours Aquatonic à Saint-Malo et je n’ai pas été déçue cette fois encore. L’approche des Thermes Marins est attentionnée sans être trop pressante ni intimidante, on sort des soins relaxé et du bassin libéré de ses tensions musculaires. L’espace spa était plutôt calme lors de ma visite en semaine, mais la piscine et les cours de gym faisaient le plein et ont l’air de séduire une clientèle locale. Les prix sont étudiés avec des formules d’abonnements, spécial CE ou étudiants.

Verdict : un lieu de bien-être superbe et complet en plein centre-ville. Ne manque qu’un espace restauration (pourquoi pas un bar à jus?). Le Carré Lafayette doit encore accueillir de nouveaux commerces pour devenir un quartier vivant.

Photos : P.C.

J’ai testé… les jus détox

La détox est partout, et pas seulement après les excès des fêtes. A croire que nos vies sont polluées en permanence, par la nourriture trop riche, par les produits chimiques, mais aussi par un trop plein d’infos, de connexions, d’activités parasites. Tout un marché se développe autour du reboot de nos organismes saturés, telles ces thalassos spécial burn out à Deauville ou digital detox à Vichy où l’on laisse son portable à l’accueil.

Un cahier d'exercices et surtout plein de conseils pratiques - photo P.C.

Un cahier d’exercices et surtout plein de conseils pratiques – photo P.C.

Mon amie la journaliste Isabelle Fontaine a écrit un Cahier digital détox aux éditions Solar plein d’exercices pratiques et d’informations exhaustives pour comprendre l’effet des écrans sur le cerveau et se libérer de leur emprise. J’apparais même dans l’ouvrage : le témoignage de Pascale, page 29, atteinte de FOMO (fear of missing out, la peur de manquer une info), c’est le mien!

Parce que tout ce qui concerne l’équilibre corps-esprit m’intéresse, j’ai testé la journée de cure jus de fruits et légumes proposée par la marque Dietox. 

Detox Delight, Nubio, Juice Lab, les start ups ont fleuri ces dernières années autour de ces concentrés de vitamines. Dietox a été lancé l’année dernière par Virginie Rogé, une jeune femme originaire d’Andorre qui a découvert « la fièvre du juice cleansing » alors qu’elle faisait un MBA à l’université de New York. Elle a aussitôt perçu le potentiel du marché, mais aussi les pistes d’amélioration. « Aux Etats-Unis, l’accent n’est pas mis sur le goût, expliquait-elle lors d’une rencontre avec la presse en septembre dernier. Par ailleurs, les jus ne sont pas assez complets, avec un manque de protéines. Alors que j’étais à deux doigts de travailler chez Philips Morris, j’ai commencé une formation en nutrition sur internet. » Une bifurcation vers le bien-être pour la jeune marketeuse qui a élaboré ses recettes avec une nutritionniste et a testé ses premiers mélanges sur ses camarades de MBA.

20150912_191919

La cure quotidienne comprend six jus de fruits et légumes choisis pour leurs vertus nutritionnelles – photo P.C.

Alors, qu’est-ce qu’ils donnent, ces jus Dietox? Fan de fruits et légumes, je dois dire que reposer son organisme pendant une journée (idéalement le samedi) avec un régime liquide est plus un plaisir qu’une contrainte. Je n’ai pas ressenti de fringale, les formats de 400 ml étant largement assez copieux, et le topping crunch aide à renforcer la sensation de satiété. Je me suis sentie plus légère, pleine d’énergie, avec l’envie de continuer à manger sainement. Moins de nourriture industrielle, plus de fait maison, plus de fruits et de légumes, c’est fou l’effet d’un juice detox sur l’équilibre général.

Le plaisir gustatif est au rendez-vous mais, mais… Je regrette que l’on ne puisse pas choisir la composition des recettes. Intolérante à l’ananas et au kiwi, je ne pourrais pas consommer ces jus à un rythme régulier. Par ailleurs, la commande par internet demande un chouïa d’organisation. Comme pour les courses en ligne, je rêve de pouvoir choisir mon horaire de livraison, voire d’être livrée le samedi matin. La jeunesse de l’entreprise ne lui permet pas d’être aussi réactive.

Le prix peut aussi être un frein (60 euros la cure d’une journée avec les frais de livraison) mais comme le souligne Virignie Rogé, qui a la discipline d’acheter et de mixer sa ration régulière de fruits et légumes de nos jours? Je suis à deux doigts de m’offrir un extracteur de jus, mais m’en servirai-je assez pour le rentabiliser?

Verdict : il y a bien des avantages à ces cures de jus sur abonnement. Sans ananas, ce serait parfait pour moi!