Courrèges, marque propre

image001

Après Empreinte, Eau de Courrèges, Blanc et Rose, la marque aux robes trapèzes réédite son parfum In Blue cet automne. Une bonne nouvelle pour les fans d’un jus sorti en 1983 que l’on ne trouvait plus que dans la boutique parisienne, rue François Ier. Le « nez » Nadège Le Garlantezec (Givaudan) a modernisé la fragrance autour d’une lavande baignée d’aldéhydes pour donner un parfum frais, pas ostensiblement féminin, avec « du peps et un côté clean » résume le copropriétaire de la marque Frédéric Torloting. On croirait des onomatopées de bande dessinée : « peps », « clean », « pop », « wizz » !

IMG_20140826_145912

Dans les bureaux de Courrèges rue François Ier – photo P.C.

Toute l’identité de la marque créée en 1961 par André Courrèges est là : les petites robes structurées, une fraîcheur des lignes et d’esprit, une insouciance années 60 qui fait du bien dans notre époque morose.

La propreté, c’est aussi une valeur revendiquée par Coqueline Courrèges, l’épouse et muse d’André, dans l’espace consacré à la marque au Mondial de l’automobile, dans le cadre de l’exposition L’automobile et la mode (Porte de Versailles à Paris jusqu’au 19 octobre). Frédéric Torloting me l’avait rappelé lors de notre rencontre cet été, Coqueline (toujours active à 88 ans) a eu l’idée d’une voiture propre, non polluante, en voyant les files d’attente aux stations services lors de mai 1968. Pressentant la raréfaction du pétrole et la montée des préoccupations environnementales, elle a imaginé un véhicule électrique dès 1969. Couples d’artistes et d’ingénieurs, les Courrèges ont toujours allié la technologie et le grain de folie, qui se retrouvent dans leurs vêtements comme dans ces prototypes roulants baptisés successivement Bulle, Zooop ou Exe (voir ici un reportage diffusé sur M6).

20141003_143039

Le stand Courrèges au Mondial de l’auto 2014 – photo P.C.

Ce n’est donc pas une propreté hygiéniste mais une recherche d’épure et d’essentiel qui caractérise Courrèges, marque attachante reprise par deux anciens publicitaires, Frédéric Torloting et Jacques Bungert, respectueux de l’héritage des fondateurs. Je présente leur philosophie et leurs projets dans un article paru dans Le Journal du dimanche du 5 octobre.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Courrèges, marque propre »

  1. Ping : Senteurs rafraîchissantes pour l’été | Une bonne idée par jour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s