Yellow vests : what’s going on?

Le journal écossais The National, dans son édition du dimanche, m’a demandé d’expliquer la crise des gilets jaunes à ses lecteurs. Embourbés dans le Brexit, les Britanniques (et plus encore les Ecossais qui ont massivement voté pour le maintien dans l’Union européenne) ont leurs propres emmerdes problèmes à gérer mais les violences répétées lors des manifestations du samedi inquiètent et interrogent. Surtout vues de loin où l’on a du mal à imaginer que la France va si mal. Nous sommes l’un des pays les plus riches de la planète, nous avons une qualité de vie que le monde nous envie, nous bénéficions d’une protection sociale qui amortit les accidents de la vie, et pourtant une large part de la population se sent négligée, abandonnée, laissée pour compte. Ce sont ces inégalités et ces injustices que dénonce légitimement le mouvement des gilets jaunes, mais le déchaînement de violence qui a affecté les commerces et les entreprises juste avant Noël ne peut être que contreproductif pour les salariés modestes. Par ailleurs, l’aspiration à la consommation et à un mode de vie fondé sur la voiture (illustré dans cet article polémique du Monde) s’entrechoque avec les impératifs écologiques. Facile à dire quand on n’a pas de problème de fin de mois mais la demande d’une société plus juste s’exprime souvent dans une injonction à taxer les riches plutôt qu’à changer collectivement de modèle de consommation. Et le gouvernement actuel n’a clairement pas été innovant en la matière comme l’a démontré la démission tonitruante de Nicolas Hulot.

J’ai tenté de mettre ces événements en perspective en rappelant les nombreuses maladresses de langage d’Emmanuel Macron depuis son élection (Gaulois réfractaires, trouver un emploi en traversant la rue), car les lecteurs britanniques ne sont pas au fait de toutes ces péripéties. Mais je souligne aussi que la colère compréhensible des gilets jaunes n’est pas représentative de tout le pays et surtout que le combat se gagnera ensemble, car nous sommes tous dans le même bateau face aux enjeux de développement durable, quel que soit notre niveau de vie, notre origine sociale ou notre capital culturel. C’est la volonté de vivre ensemble autour de valeurs communes qui fonde une société et les discours de division que l’on entend actuellement ne sont pas porteurs de solutions. Je reproduis l’article in extenso ci-dessous, ainsi que le lien ici.

 

Gilets jaunes are not the only voice that must be heard in France

NEARLY four years ago, millions of French citizens peacefully took to the streets after the attacks on Charlie Hebdo to claim that terrorism wouldn’t divide them. Last July, thousands of ecstatic football fans gathered on the Champs Elysées to catch a glimpse of their beloved team who had won the World Cup. Yet over the past few weeks the country has appeared more divided than ever and the Champs Elysées have been the stage of scenes similar to civil war.

Every Saturday since November 17 a minority of demonstrators have set up barricades, put cars on fire, smashed store windows and thrown cobble stones at police forces. On December 1, they stormed the Arc de Triomphe, a Paris landmark at the top of the famous avenue.

“Macron resignation” and “No Christmas for the bourgeoisie” were among the inscriptions you could read on defaced buildings. Parisians and residents of other cities such as Lyon and Bordeaux have become used to locking up on Saturdays and contemplating the damage the next morning.

Although the tragic events in Strasbourg on Tuesday reminded them that the terrorist threat was still upon them, the French have confirmed their reputation as an unruly and uncompromising people.

Since Bastille Day, they have taken to the streets to reclaim their rights and the outcome has often been painful for their rulers. At the time King Louis XVI asked ‘‘Is it a revolt?’’ His counsellor answered: ‘‘No Majesty, it’s a revolution.” But is France in 2018 really like 1789?

It is difficult to sort out the true meaning of the gilets jaune (yellow vest) movement, to make sense of the understandable despair of low-income families who can’t make ends meet and the horrific outburst of violence from a minority of protesters.

The French media and intellectuals are at a loss to understand the real demands of a disparate group with no leader, that spreads all over France in the form of blocked roundabouts and tollgates.

The yellow uprising – inspired by the safety vest everybody has to carry in their car – started in mid-November after the government announced a rise on petrol tax as a way to fund environmental policies.

Car owners were encouraged to invest in more ecological vehicles but the middle class saw it as a proof that its daily hardships were overlooked by the politicians in power. How could you care about the end of the world – as in, global warming – when you couldn’t even plan the end of the month? How could the government ignore that, for a tremendous number of people in a rich country like France, an extra €50 bill (£46) was a lot of money? How could they not know that with €1150 a month (£1035), the minimum wage in France, you sometimes had to choose between having a meal and filling the tank?

Rarely heard in the national media, la France périphérique (peripheral France), a phrase coined by geographer Christophe Guilluy, suddenly made the headlines.

It depicts a country of small towns, neither the suburbs nor the countryside, where public services and local shops are closing down. Their inhabitants are not unlike voters for Trump and Brexit, mainly white lower middle class people afraid of globalisation and climate change. It would be easy to assimilate them to right-wing voters but lots of them don’t even bother to vote anymore.

Demographer Hervé Le Bras, who studied the recent gatherings, calls it a ‘‘France of emptiness’’ mostly represented in the least populated areas, an east-west axis from the Luxembourg border to the Pyrenees. For the researcher quoted in Le 1 magazine, the common thread between the protesters is their car, a symbol of freedom to access services and cheaper housing that has become a trap with the rise in petrol prices.

Not only is the lower middle class afraid of losing its social status, but it sees that the more well-off are not required to make the same efforts.

Upon his election, President Emmanuel Macron abolished the wealth tax like he said he would, a move aimed at preventing tax exile. He campaigned on the promise that he was neither left nor right-wing and took good ideas from both sides, but has proven that he was closer to the interests of industrial lobbies than those of the working class.

Being in power since May last year, the 40-year-old head of state can’t be held responsible for decades of bad policy, but his behaviour over the last year has appeared haughty and condescending to lower classes.

Several sentences have shocked opinion, such as ‘‘you just have to cross the street to find a job” or “the French are stubborn Gauls” (“des Gaulois réfractaires”). His aim is to promote entrepreneurship and self-empowerment, but the son of an upper class family from Amiens, in the north of France, seems disconnected from the challenges faced by the less privileged.

THE anger against his policy has evolved into pure and simple hate for his person, and despite the numerous measures he announced in a TV address last Monday, including a rise in the minimum wage, most gilets jaunes insist that they will continue their blockades and demonstrations through Christmas. It seems that no conciliatory gesture will satisfy them unless the president quits.

In the general opinion, the protest has been largely supported, at least until the Strasbourg attack. According to a poll, the day after Emmanuel Macron’s TV address, on December 11, 54% of French people wanted the movement to continue (down from 66% on November 22). Although under 100,000 people are taking part in actions, 20% of the French consider themselves as gilets jaunes, which means 13 million people.

Some put the vest on their dashboard as a sign of solidarity. As a consequence, political parties on all sides have tried to pre-empt the movement, or exploit it. The leader of the right donned the vest in front of the cameras then pathetically denied doing so after a weekend of mayhem.A leader of the left compared the protesters to the Arab uprising in Tunisia and Egypt which seems farfetched: Macron is not Ben Ali and France is not a dictatorship.

All over the country, high school students, who added their own demands, have mimicked the gesture of teenagers who were arrested by the police after causing havoc, down on their knees and hands on their head.

But the comparison with the Black Lives Matter campaign in the US is invalid: no one was shot in these law enforcement operations. The yellow rage is sui generis, engrained in the French psyche, comparable but not identical to other protests.

It is the outcry of people who feel they are never listened to. They are not all of France, but they are part of it, and their voice matters.

But so does that of shop owners who make up to 30% of their annual turnover before Christmas and are worrying how they are going to pay their employees’ salaries.

And so does that of the thousands of participants in the climate march on December 8 who called for a change in our way of life.

The impression is that the real revolution we are experiencing is environmental, that we all have to make efforts to save our planet, and that we have to make them together.

Pascale Caussat is a French journalist based in Paris

Publicités

Le vote FN expliqué aux lecteurs écossais

Correspondante à Paris pour le Sunday Herald de Glasgow en Ecosse, entre deux sujets « légers » sur le luxe et les cosmétiques je me coltine l’actualité pure et surtout dure, des attentats au vote Front National.

C’est ce dernier que j’ai décrypté hier dans un article qui fait la synthèse des réactions à l’adhésion d’un tiers des électeurs aux thèses de l’extrême-droite. Appelons un chat un chat, le Front National est un parti raciste, le vote protestataire a bon dos. En Grèce les électeurs excédés ont apporté leurs suffrages à Syriza qui ne développe pas de rhétorique du bouc-émissaire, si ce n’est contre les autorités financières qui les étranglent. En France, on attend encore une alternative démocratique crédible aux partis traditionnels à bout de souffle.

Je reprends dans l’article les déclarations pleines de bon sens de Raphaël Glucksmann et Hervé Le Bras, et je termine en notant que la peur n’a pas submergé les électeurs du 11e arrondissement, touchés de près par les attentats de janvier et de novembre, qui ont réservé un petit 7,5% au FN au premier tour des élections régionales et 5% au second tour. Une maturité citoyenne qui devrait inspirer les professionnels de la politique. Et que l’on ne me dise pas que les habitants du 11e sont des bobos privilégiés, ce sont des Français comme les autres, avec des problèmes de logement et de fin de mois à boucler.

Mille mots pour expliquer le terrorisme

20150707_093951

Article paru le 28 juin dans The Sunday Herald

La vie de pigiste est faite de périodes d’attente et d’accélérations soudaines. Le 26 juin dernier, je me préparais à me mettre tranquillement en mode été en anticipant la rentrée quand le Sunday Herald, l’hebdomadaire écossais avec lequel je collabore, m’appelait pour me commander un article sur le nouvel attentat sur le sol français. Alors que j’essayais moi-même de comprendre les événements dramatiques de Saint-Quentin-Fallavier en écoutant France Info, le rédacteur en chef me demandait d’expliquer l’état d’esprit en France et les différents points de vue des leaders d’opinion pour combattre Daesh. Le tout en 1000 mots, en anglais et pour le lendemain, thank you very much.

Autant dire que mes vingt ans d’expérience comme journaliste, ma maîtrise de l’anglais et le sens de la synthèse appris à Sciences Po trouvent leur raison d’être en ces circonstances. Je ne suis pas spécialiste du terrorisme, je n’avais pas d’expert sous la main, mais j’ai convoqué toutes mes réflexions et mes lectures depuis les attentats de janvier, que j’avais déjà traités pour le Sunday Herald. J’ai évoqué Emmanuel Todd, l’illusion de l’esprit du 11 janvier, les tensions chez Charlie Hebdo, la remise en cause du mot d’ordre « pas d’amalgame » par certains éditorialistes, sur fond de progression lente mais sûre du Front National. Bref, la suite de ce que j’expliquais en janvier, à savoir que les démocrates modérés ont bien du mal à garder le cap face aux provocations des fous furieux de Daesh, la mise en scène d’une décapitation au coeur de la France moyenne et non pas dans un Etat en déliquescence à des milliers de kilomètres de chez nous marquant un palier supplémentaire.

Dans un télescopage absurde et vertigineux dont notre époque a le secret, paraissait le même jour dans Le Journal du dimanche mon article sur les parfums de l’été, parmi lesquels le premier parfum d’Azzedine Alaïa. Un hommage personnel et affectueux à sa Tunisie natale, qui prend une coloration particulière dans ce pays qui veut vivre et avancer.

Une victoire en trompe l’oeil pour David Cameron

Il y a sept mois, après le rejet du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse par 55% des électeurs, la plupart des médias français poussaient un soupir de soulagement et passaient à autre chose. C’était oublier un peu vite les 45% de votants qui étaient prêts à se lancer dans l’aventure et le ressentiment profond des citoyens écossais envers les politiciens de Londres qui ne les représentent pas.

Aujourd’hui, à l’occasion des élections législatives au Royaume-Uni, des observateurs tirent à nouveau des conclusions hâtives en parlant d’une éclatante victoire de David Cameron, le premier ministre conservateur (cette tribune parue dans Le Figaro en est le résumé caricatural). Les analystes soulignent la capacité d’un dirigeant sortant à mobiliser ses partisans, le sens des responsabilités des chefs de parti battus qui démissionnent, l’échec des instituts de sondages à prédire les résultats…

Certes, David Cameron peut nommer un gouvernement sans coalition et a en apparence le soutien des citoyens britanniques dans sa politique économique, anti-immigration et anti-Union européenne (un référendum sur la sortie de l’UE est prévu pour 2016). Mais un grand nombre de médias français a un angle de vue focalisé sur Londres.

@serialsockthief

@serialsockthief

Moi quand je regarde la carte des résultats au lendemain du scrutin, je vois une grande tache jaune là-haut tout au nord. L’Ecosse et ses 5 millions d’habitants (plus que la République d’Irlande) n’ont envoyé aucun député conservateur, le parti au pouvoir, à Westminster, le parlement britannique. Mieux (ou pire, question de point de vue), ce fief du Labour a réduit la représentation travailliste comme peau de chagrin, et confié 56 de ses 59 sièges au SNP, le parti nationaliste écossais qui milite pour un nouveau référendum. Pas besoin d’être un fin politologue pour voir qu’il y a un os dans le potage triomphant de Cameron, qui devrait vite tourner à la soupe à la grimace. Et plutôt que l’image du premier ministre habile qui a su se faire réélire contre tous les pronostics sur fond de naissance du royal baby, je pense que ce qui va rester de lui est le titre de l’homme politique qui aura conduit à la désunion du royaume. Pas de meilleur moyen pour un politicien falot d’entrer dans la postérité.

Je l’écrivais il y a déjà presque un an, le pays du chardon adore tenir le rôle de poil à gratter du Royaume-Uni, et ces dernières élections ne font que le confirmer. Parmi les nombreux amis que j’ai en Ecosse, la lecture des résultats n’est pas du tout celle des observateurs à courte vue. Aucun ne se réjouit de la victoire de Cameron (je n’en connais pas qui ait voté pour lui). Ceux qui espéraient une coalition Labour-Libéraux démocrates pour faire barrage à la fois aux Tories et au SNP sont terriblement déçus. Ceux qui ont voté SNP sont naturellement ravis. Tous savent qu’un nouveau référendum aura lieu, et que l’indépendance est à portée de main. Je cite le mail très nuancé que m’a envoyé une amie, qui n’a pas voté SNP :

« Comme beaucoup de gens en Ecosse, j’ai des sentiments mélangés [mixed feelings] sur les résultats des élections. Je suis dégoûtée [gutted] que les Tories aient gagné à nouveau, je pense que c’est un désastre pour tout le monde au Royaume-Uni. Les résultats du SNP sont très impressionnants et beaucoup de mes amis et de membres de ma famille en sont ravis [very excited]. Je n’ai pas voté SNP, bien que j’ai été très impressionnée par Nicola Sturgeon [première ministre écossaise et chef de file du SNP]. Elle a montré pendant cette campagne l’exemple d’une façon de faire de la politique plus intelligente, moins agressive et moins antagoniste. »

« Je suis sûre que nous allons vers un autre référendum et que l’indépendance est plus ou moins inévitable. Et si c’est ce que veulent les gens, très bien [fair enough]. Cependant, j’attends encore d’être convaincue que c’est une véritable avancée sur le long terme, et bien que la plupart des gens qui ont voté oui et SNP l’ont fait pour des raisons pragmatiques de justice sociale, que je respecte, je perçois un désagréable élément de nationalisme qui ne cesse de réapparaître. C’est visible dans tous les saltires [*] (personnellement je déteste les drapeaux quels qu’en soient la couleur), et la déclaration stupide d’Alex Salmond [l’ancien premier ministre écossais] sur « le lion écossais qui a rugi à travers le pays ». J’espère que Sturgeon arrivera à le faire taire [put a lid on him], car il faut mettre à son crédit qu’elle ne paraît pas intéressée de près ou de loin par ce genre de nationalisme. Après le référendum, j’ai senti que l’atmosphère était pesante, avec beaucoup de haine entre les deux camps. Heureusement, cela s’est un peu apaisé, et je ressens plus de respect mutuel entre les camps du oui et du non. »

Personnellement je n’ai pas lu ce type de témoignage dans la presse française (mais je ne lis pas tout). Le Monde est très en pointe sur le sujet et a consacré de nombreux articles à Nicola Sturgeon et aux rapports de force politiques, mais la parole, sensée, réfléchie, argumentée des citoyens écossais est rarement entendue. C’est un travers du centralisme français de ne pas savoir écouter les voix périphériques, et cette surdité partielle n’est pas pour rien dans les difficultés actuelles en France. A force de ne pas être écoutées, les minorités se révoltent. Si la conséquence est un oui au référendum sur l’indépendance écossaise, est-ce vraiment pire qu’un oui au Front National?

La seule issue raisonnable serait que les Britanniques répondent non au référendum sur la sortie de l’Union européenne, mais on comprend bien que le SNP, pro-européen, serait en position de force si le oui l’emporte, une information fuitée dans la presse le laissait entendre. David Cameron fera tout pour éviter une nouvelle consultation sur l’indépendance écossaise, mais les descendants de Braveheart ne se laisseront pas faire. Bref, c’est un jeu de billard à plusieurs bandes qui se joue, et la manche gagnée par David Cameron ne signe pas la fin de la partie.

[*] drapeaux écossais

« If only we’d thought about our national identity like you did »

Il y a un mois, 4 millions de personnes descendaient dans la rue en réponse aux attaques terroristes. Une démonstration d’unité nécessaire mais qui venait bien tard, à quel prix, et pour quels conséquences concrètes? La prochaine élection présidentielle est dans deux ans et on verra bien qui va profiter du climat actuel.

Je publie ici le billet que j’ai signé à chaud pour le journal écossais The National dans lequel je mets en parallèle la qualité du débat sur l’indépendance de l’Ecosse et l’absence de perspective d’avenir en France. Un point de vue bien difficile à faire entendre de ce côté-ci de la Manche.

Ensuite je reviens à mes parfums, promis.

20150211_101255

« When I followed the referendum on Scottish independence last year, I was impressed by the quality of the debate. It was mature, well-informed, respectful. People made up their mind according to their own beliefs and understanding of the issues.

It was a positive display of free speech and free will. What struck me the most was that it was an inclusive debate : all residents of Scotland over 16 took part in it, be they French, Italian, Pakistani or English. It was a breath of fresh air.

Meanwhile in France, the air was thick with worries from people out of work, with the feeling of political impotence, with the fear of losing power in Europe and in the world, with the lack of prospects in deprived neighbourhoods.

The far-right National Front party came first in the European election with a scapegoat ideology. Polemicist Eric Zemmour voiced the opinion of many by ranting about same-sex marriages leading to the end of our civilization.

All the time I was thinking : how can a strong and rich democracy lose confidence in itself so much ? Why can’t we have the same positive debate as in Scotland about our strengths and assets in a globalized economy? Why can’t we unite around a common project to face the challenges of this complicated world ?

We came close when former president Nicolas Sarkozy launched a debate on national identity in 2009. But it ended in protests against halal school meals and street prayers and was swept under the carpet.

No wonder most French media didn’t really understand what the Scottish referendum was about. They were only really interested in it when the Yes came first in a poll 10 days before the vote.

First they thought it was about cultural identity -bagpipes, kilts and William Wallace. When they understood it was about politics -calls for social justice, fewer Conservative MPs than pandas etc- they deemed the Scots selfish and irresponsible. I’m not talking about all media. But it was very hard to have a different view heard despite our common history since the Auld Alliance.

Now France is having a massive conversation about its future in the wake of a devastating attack on free speech, police and the Jewish community. Politicians, teachers, journalists, police forces, the justice system, clerics, all institutions have a part to play in that debate, including ordinary citizens.

It is a wake up call to remind us that democracy is not a given, it is an ongoing process that always needs to be fought for. Like you did in Scotland, under very peaceful circumstances. Like you are still doing, in the run up to the next general election.

Why it took 17 deaths and many injured in France to come to the same realization is hard to stomach. »

Mon Paris blessé

2015-01-11 18.46.37

Place de la Nation, le soir du 11 janvier – photo P.C.

« Journaliste lifestyle, art de vivre, air du temps », pour moi ce n’est pas seulement tester des vernis à ongles et fréquenter de beaux hôtels. Depuis que je travaille en indépendante, c’est la volonté de célébrer les créateurs et les entrepreneurs, ceux qui font de la France un pays reconnu dans le domaine du luxe. C’est le choix revendiqué de parler de ce qui marche et de lutter contre l’idéologie décliniste qui mine l’état d’esprit du pays et le pousse vers les extrêmes. C’est interviewer le chef Guy Martin, le pâtissier Pierre Hermé, la sommelière Caroline Furstoss qui font honneur à la gastronomie française. C’est rencontrer Jean-Claude Ellena, Michel Almairac et Thierry Wasser, des artistes du parfum. C’est s’ouvrir l’esprit à la Fondation Vuitton et la Fondation Cartier. C’est décrypter les logiques de communication de Chanel et de Dior, des symboles de l’excellence française. Pour moi, ce n’est pas futile. C’est la France qui innove, qui exporte et qui crée des emplois.

Aujourd’hui c’est difficile de penser à autre chose que les victimes de Charlie Hebdo, de Montrouge et de la porte de Vincennes. Ces tragédies sont trop proches de moi. Sentimentalement d’abord, parce que je lisais Charlie Hebdo lorsque j’étais étudiante, parce que Cabu était le complice moqueur de Dorothée dans les Récré A2 de mon enfance, parce que je me délecte des rébus littéraires d’Honoré. Géographiquement aussi, parce que sur ce boulevard Richard Lenoir où un policier en VTT à terre a été abattu, j’emmenais mes enfants faire du toboggan dans le jardin juste en face. Parce que la porte de Vincennes, c’est chez moi à quelques mètres près, le symbole du retour à la maison quand je rentre de l’aéroport. Parce que la place de la Nation, c’est le quartier où je vis, un lieu chargé d’histoire habitué à l’effervescence des manifs mais aussi un carrefour quotidien, commerçant, que l’on traverse en toute insouciance.

Parce que j’ai trop d’amis de toutes confessions pour me dire que cela doit être brandi comme un étendard. Pour moi c’est une évidence, la France est multiculturelle, la mixité sociale une condition pour élever les enfants dans l’ouverture aux autres, la laïcité un socle pour vivre ensemble dans le respect mutuel. Que des dessinateurs pacifiques dans un pays démocratique deviennent des martyrs de la liberté d’expression, que des rues familières se transforment en décors de scènes de guerre, que les valeurs de mon pays doivent être réaffirmées face aux agressions de fanatiques, 70 ans après la fin de la Seconde guerre mondiale, je n’arrive pas à le réaliser. Il me faudra du temps avant de pouvoir regarder le Paris que j’aime, les rues où je vis, sans penser à ces vies brisées.

20150109_124826

Des fleurs, des bougies et des stylos. Place de la République – photo P.C.

Paris a souffert maintes fois dans le passé. Le Journal d’Hélène Berr, qui a donné son nom à la médiathèque locale, Dora Bruder de Patrick Modiono, notre Prix Nobel de littérature dont nous sommes si fiers, ont décrit ce quartier du 12e arrondissement où des enfants juifs ont été arrêtés. 70 ans plus tard, on meurt encore parce qu’on est juif en France. Il y a eu Toulouse, maintenant Paris. Comme me l’a souligné une amie : « La démocratie n’est pas un acquis, c’est un combat qui ne s’arrête jamais ». Nous l’avions oublié. Il va falloir recommencer à se battre.

Parmi la foule qui affluait sur la place de la Nation ce dimanche qualifié d’historique où près de 4 millions de personnes sont descendues dans la rue, je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir dans un film de science-fiction. Bien sûr c’était indispensable que l’on soit le plus nombreux possible, mais pour moi c’était un cauchemar éveillé. Le pire est déjà arrivé, le prix à payer est trop élevé pour se réjouir de cette démonstration d’unité. Quand la réalité se met à ressembler à un roman de Michel Houellebecq, auteur génial mais au nihilisme épuisant, les temps sont durs pour les humanistes. 

Pendant cette marche, j’ai vu beaucoup de drapeaux tricolores, entendu quelques Marseillaises. Ce n’est pas l’esprit Charlie, mais il était plus que temps que les démocrates se réapproprient les symboles de la République annexés par des extrêmes dont je n’ai même pas envie de citer le nom. Il n’y a qu’en France qu’on a honte d’afficher son drapeau. Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, ce sont des signes cool que l’on arbore en T-shirt sans connotation ambiguë. Les paroles de la Marseillaise sont belliqueuses, mais c’est le fruit de notre histoire, qui ne doit pas être réservé qu’aux matchs de foot. C’est le moment d’exprimer notre respect pour nos institutions, écoles, éducateurs, policiers, juges, qui sont bien démunis pour endiguer l’endoctrinement qui sape certains quartiers. Bien loin, et en même temps tout près, de la place de la Nation.

Enfin, si cette tragédie m’affecte en tant que citoyenne, elle me touche aussi en tant que journaliste. Non seulement une rédaction a été décimée en faisant son travail (vertige) mais j’ai couvert les événements pour les journaux écossais -indépendantistes, je précise- The National et The Sunday Herald. Expliquer à des lecteurs non français ce qu’est Charlie Hebdo, faire ressentir la folie de ces journées irréelles, tout en les vivant intimement au pied de chez soi, c’est une expérience que je n’oublierai jamais. Je mets ici le lien vers l’article du Sunday Herald où le professionnel se mêle au personnel.

Alors ce dimanche, quand les notes d’une cornemuse jouant Amazing Grace se sont mises à résonner sur la place de la Nation au crépuscule, la Franco-Ecossaise que je suis n’a pas pu s’empêcher d’y voir un signe. L’internationale des gens de bonne volonté.

L’Ecosse, laboratoire d’innovation

Ecosse été 2008 143

Scoop : un jour de beau temps en Ecosse – photo P.C.

Depuis qu’un sondage a placé pour la première fois le oui gagnant au référendum sur l’indépendance écossaise du 18 septembre, les médias français se penchent sérieusement sur ce scrutin qui ne les affolait guère jusque là (mis à part Le Monde qui suit le sujet depuis plusieurs mois, lire aussi mes articles ici et ). Certains découvrent qu’il a une implication réelle -la fin éventuelle du Royaume-Uni tel qu’il existe depuis trois siècles-, qu’il n’est pas le caprice d’un peuple noyé dans la brume à l’accent pittoresque.

Concernée directement par le sujet (j’ai épousé un Ecossais, j’ai deux enfants à la double nationalité franco-britannique et demain peut-être écossaise, nous y retournons plusieurs fois par an et y avons des amis très chers), je lis les commentaires avec un regard affûté. Et si la tonalité générale est plutôt sympathique, quoique très marquée par le folklore –les Ecossais ont une bonne image de buveurs de whisky et de porteurs de kilt-sans-rien-dessous-, elle reste biaisée par un point de vue centraliste et une petite tendance à l’arrogance bien française. Lire la suite